Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Reprise de Sarreguemines Vaisselle par l’industriel Jean-Maurice Schmidt

, ,

Publié le

Le patron d’un équipementier automobile, Jean-Maurice Schmidt, reprend à la barre du tribunal l’un des fleurons de l’industrie céramique, Sarreguemines Vaisselle.


©Sarreguemines Vaisselle

Jean-Maurice Schmidt, patron du groupe Bowden, a repris le lundi 11 janvier 2016, pour 15 000 euros, le céramiste Sarreguemines Vaisselle, basé à Digoin (Saône-et-Loire), à la barre du tribunal de commerce de Mâcon. Le repreneur créera le 25 janvier, une société nouvelle sous le nom d’origine : La Faïencerie de Digoin. L'entreprise était en redressement judiciaire avec un plan de continuation de six mois depuis juin 2015.

Propriété depuis 2009 du porcelainier britannique Dudson, la PME subissait une décroissance régulière, avec un chiffre d’affaires à un peu plus de 8 millions d’euros au 31 mars 2015, contre 9 millions sur l’exercice précédent. Au début des années 2000, le site de Digoin avait une capacité de 17 millions de pièces annuelles et était l’un des plus performants d’Europe de son secteur.

Une technologie éprouvée

Equipementier de l’automobile, à la tête de six usines (55 millions d’euros de chiffre d’affaires et 450 salariés), le repreneur Jean-Maurice Schmidt préserve 68 emplois sur un effectif de 123 salariés. "Nous courrions à la catastrophe avec des problèmes de qualité, faute de maintenance des équipements, et pas de conception de nouveaux produits", indique Walter Zampa, délégué CGT qui ne cache pas non plus sa colère envers Dudson, jugeant insuffisante la prime supra légale de 67 000 euros accordée dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi aux 55 salariés licenciés.

Fondée en 1784, la faïencerie distribue ses gammes de vaisselle auprès de grossistes qui les revendent ensuite aux collectivités et à l’hôtellerie-restauration. Sa technologie Pyroblan qui réduit la porosité de la porcelaine a fait sa réputation. "Le repreneur devrait déjà injecter 400 000 euros en fonds de roulement pour parer au plus pressé, à savoir des opérations de maintenance", indique David Ghislain, représentant du personnel auprès du tribunal.

Didier Hugue

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus