Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Repris par ses cadres, Affinage de Lorraine devient SKTB Aluminium

, , , ,

Publié le

Ex-filiale du groupe allemand Oetinger, leader européen des alliages en aluminium désormais en redressement judiciaire, Affinage de Lorraine doit son sauvetage à sa reprise par quatre cadres dirigeants et à la fidélité de ses clients. Dénommée SKTB, la nouvelle entité conserve ses 64 salariés à Gorcy (Meurthe-et-Moselle).

Repris par ses cadres, Affinage de Lorraine devient SKTB Aluminium © D.R.

Le tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle) a validé le 1er juillet dernier la reprise de la société Affinage de Lorraine, ex-filiale du groupe allemand Oetinger, par quatre de ses cadres dirigeants. Gilles Schmitt, ancien directeur devenu président, Franck Kramer, directeur financier, Yorik Thil, responsable de production et Imed Benzarti, responsable commercial, ont constitué une nouvelle société dénommée SKTB, qui conserve ses 64 salariés et envisage une dizaine de recrutements au cours des prochains mois.

Cet épilogue heureux intervient après 12 mois de turbulences pendant lesquels les salariés ont maintenu leur activité en dépit du placement de leur maison-mère en redressement judiciaire en juin 2013. Un an auparavant, le site avait bénéficié  d’un investissement de 6 millions d’euros pour doter l’usine de la meilleure technologie disponible (Bat - Best available technologie) en matière de productivité et de qualité du traitement des émissions.

"Cet outil a constitué un atout décisif dans la sauvegarde du site. Nous avons également pu compter sur la fidélité de nos clients, sur notre expérience et notre réputation : nous sommes capables de livrer de l’aluminium liquide en poche sur des distances de 300 kilomètres, ce qui constitue un gain d’énergie très appréciable pour nos clients", souligne Imed Benzarti. L’usine qui présente une capacité de production théorique de 75 000 tonnes par an vise pour cette année une production de 35 000 tonnes. Ce volume doit augmenter l’an prochain grâce à des diversifications envisagées dans les secteurs de l’alimentaire et du bâtiment.

Pascale Braun

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle