[Reportage] A Cléon, Renault électrise sa production

Si les véhicules à batterie totalisent moins d’un pour-cent du marché, le constructeur produit déjà ses propres moteurs électriques à Cléon.

Partager

[Reportage] A Cléon, Renault électrise sa production
usine automobile Renault a Cleon assemblage des moteurs

Latelier électrique de l’usine Renault-Cléon (Seine-Maritime) est situé non loin des travées labyrinthiques des lignes de production dédiées aux moteurs thermiques. À l’intérieur, les opérateurs y confectionnent depuis 2015 les moteurs électriques destinés aux Zoé, Kangoo et Master ZE. Sur les six lignes d’assemblage sont produits les trois sous-ensembles du moteur électrique :
le réducteur – qui constitue l’équivalent de la boîte de vitesses –, le boîtier de gestion électronique, ainsi que la machine, composée d’un rotor et d’un stator, dont le bobinage constitue l’étape la plus complexe de la production. Derrière de grandes grilles, des machines insèrent ou enroulent en un temps record des centaines de mètres de fil de cuivre dans ces deux pièces. Rotors et stators sont ensuite récupérés par les opérateurs pour finaliser le montage de ce moteur connu depuis le XIXe?siècle, mais plus que jamais d’actualité.

ÉVÈNEMENT
ÉVÈNEMENT

Pour Renault, ce nouveau composant est crucial. Sous l’impulsion de son PDG Carlos Ghosn, le constructeur veut asseoir son leadership dans le microscopique, mais prometteur, marché de l’électrique. En 2016, les ventes mondiales de véhicules à batteries ont atteint 452 000 unités selon l’Agence internationale de l’énergie, parmi lesquelles 25 600 Renault et 94 200 voitures à l’échelle de l’Alliance avec Nissan, soit plus de 20 % de parts de marché. On comprend mieux pourquoi le site de Renault-Cléon ait été chargé de la production des groupes motopropulseurs électriques… moyennant plusieurs adaptations.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Nécessaires ajustements

"Il a fallu former notre personnel à de nouvelles méthodes, mais également embaucher de nouveaux profils, et définir les processus de fabrication des nouvelles pièces", liste Paul Carvalho, le directeur du site. Au total, Renault a investi 50 millions d’euros pour l’industrialisation de son moteur électrique. Mais, si les lignes thermiques voient apparaître leurs lots de robots collaboratifs à côté de leurs grands frères enfermés derrière des cages de verre dans le cadre de la transformation 4.0 de l’usine Cléon, l’atelier électrique reste, lui, encore peu automatisé. "Nous avons encore beaucoup d’améliorations à faire dans la production de nos moteurs, ce qui justifie nos besoins en personnel, explique Paul Carvalho. Au total, le moteur électrique emploie même proportionnellement plus de personnes que le thermique chez Renault."

La précision n’est pas anodine. "Avec ses trois principaux sous-ensembles, le moteur électrique est plus simple à produire que son équivalent thermique", souligne le président du cabinet d’analyses Inovev, Michel Costes. Selon AlixPartners, l’essor de la voiture électrique pourrait remettre en cause un tiers de la chaîne de valeur chez les constructeurs. Car c’est la batterie, aux mains des fournisseurs asiatiques, qui concentre l’essentiel de la valeur. De quoi susciter des inquiétudes sur le plan de l’emploi. Mais l’électrique pourrait se trouver un allié inattendu… le moteur thermique lui-même. "D’ici à la fin de l’année, nous devrions atteindre une capacité de production de 100 000 moteurs électriques, veut rassurer Paul Carvalho. On reste encore bien en deçà du million de moteurs diesel et essence qui sortent chaque année de nos lignes. Nous n’anticipons donc pas d’impact sur l’emploi à moyen terme."

Julie Thoin-Bousquié Journaliste en charge de la rubrique Auto

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    RENAULT CLEON
ARTICLES LES PLUS LUS