Repli en vue en Europe, Londres et Wall Street fermées

(Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse lundi à l'ouverture après les records enregistrés la semaine dernière pour une séance qui s'annonce calme avec des marchés fermés à Londres et à Wall Street pour cause de jours fériés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Repli en vue en Europe, Londres et Wall Street fermées
Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse lundi à l'ouverture. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait céder 0,14% à l'ouverture. Les contrats à terme signalent un recul de 0,3% pour le Dax à Francfort et de 0,22% pour l'EuroStoxx 50. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait céder 0,14% à l'ouverture.

Les contrats à terme signalent un recul de 0,3% pour le Dax à Francfort et de 0,22% pour l'EuroStoxx 50.

Les marchés actions européens ont fini vendredi en hausse en profitant de l'élan donné par Wall Street et en ignorant les nouveaux signes d'accélération de l'inflation pour privilégier l'augmentation des dépenses budgétaires en vue aux Etats-Unis.

Après les plus hauts inscrits par certains indices la semaine dernière, la séance du jour est dépourvue de catalyseur indiquant aux investisseurs la direction à prendre.

"On a l'impression d'un marché qui cherche une direction face à l'incertitude autour de l'interaction entre l'inflation tant redoutée et la reprise de la croissance tant espérée", a déclaré Patrik Schowitz, stratégiste chez J.P. Morgan Asset Management.

"Dans cet environnement, alors que nous continuons à réduire l'exposition au risque, nous restons acheteurs étant donné à quel point la croissance devrait rester forte, ainsi que le potentiel de hausse des prévisions de croissance et des bénéfices", a-t-il ajouté.

Les investisseurs suivront la publication des nouvelles prévisions économiques de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la première estimation de l'inflation allemande. Le reste de la semaine sera plus rythmée avec notamment, en zone euro, les indices PMI définitifs et l'inflation et, aux Etats-Unis, le rapport mensuel sur l'emploi.

En Chine, la croissance de l'activité du secteur manufacturier a légèrement ralenti en mai alors que la hausse du coût des matières premières a pesé sur la production des petites entreprises et de celles tournées vers l'exportation.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse modérée vendredi, les investisseurs faisant fi de l'augmentation plus forte que prévu de l'inflation et les indices Dow Jones et S&P 500 enregistrant leur premier gain hebdomadaire au cours des trois dernières semaines.

Le Dow Jones a gagné 0,19% à 34.529,45 points, le S&P-500 a pris 0,08% à 4.204,11 points et le Nasdaq Composite a avancé de 0,09% à 13.748,74 points.

Les prix à la consommation, mesurés par l'indice "core PCE", le plus surveillé par la Réserve fédérale, affiche une hausse de 3,1% sur un an en avril, plus qu'attendu et nettement au-dessus de l'objectif de 2% de la banque centrale.

EN ASIE

Le Nikkei à la Bourse de Tokyo baisse de 1,13% sur des prises de bénéfice après les gains de la semaine dernière.

Les Bourses chinoises sont également dans le rouge avec la croissance légèrement inférieure aux attentes de l'indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit, revenu à 51,0 en mai contre 51,1 en avril et pour le consensus.

L'indice composite de la Bourse de Shanghai recule de 0,21% et le CSI 300 des grandes capitalisations de 0,49%.

CHANGES

Les écarts sont faibles sur le marché des changes en l'absence de nombreux cambistes en ce jour férié aux Etats-Unis et au Royaume-Uni: le dollar perd 0,04% face à un panier de référence et l'euro gagne 0,09% à 1,22 dollar.

PÉTROLE

Les cours du brut sont en hausse, soutenus par les bonnes perspectives de croissance de la demande en attendant la réunion mardi de l'Opep et de ses alliés.

Le baril de Brent gagne 0,58% à 69,12 dollars et le brut léger américain prend 0,68% à 66,77 dollars.

(Laetitia Volga, édité par)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS