Repli en vue en Europe face aux multiples sujets d'inquiétude

par Blandine Henault

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Repli en vue en Europe face aux multiples sujets d'inquiétude
Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse mardi à l'ouverture. Les contrats à terme signalent une baisse de 0,34% pour le CAC 40 parisien, de 0,23% pour le Dax à Francfort, de 0,35% pour le FTSE à Londres et de 0,32% pour l'EuroStoxx50. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse mardi à l'ouverture, les inquiétudes sur la propagation du variant Delta du coronavirus et la situation en Afghanistan, entre autres, éclipsant les records établis la veille à Wall Street.

Les contrats à terme signalent une baisse de 0,34% pour le CAC 40 parisien, de 0,23% pour le Dax à Francfort, de 0,35% pour le FTSE à Londres et de 0,32% pour l'EuroStoxx50.

"Des données économiques chinoises décevantes, l'anxiété liée à l'évolution de la situation en Afghanistan, les inquiétudes quant aux conséquences du variant Delta et un recul plus marqué que prévu de l'indice manufacturier de l'Empire State à New York ont pesé sur l'appétit pour le risque, stimulant ainsi la demande de valeurs refuges", ont résumé les analystes d'ANZ dans une note.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé lundi, le Nasdaq ayant reculé après la publication de données décevantes sur l'économie chinoise, mais le S&P-500 et le Dow Jones ont inscrit des records de clôture pour une cinquième séance d'affilée, les investisseurs s'étant tournés vers les valeurs défensives.

L'indice Dow Jones a gagné 0,31% à 35.625,40 points. Le S&P-500 a pris 0,26%, à 4.479,71 points. De son côté, le Nasdaq Composite a reculé de 0,20% à 14.793,76 points.

Les contrats à terme sur les trois indices new-yorkais signalent pour l'heure un repli de 0,2% à 0,4% à l'ouverture.

EN ASIE

Après un début de séance dans le vert, la Bourse de Tokyo a finalement reculé de 0,36%, les bons résultats d'entreprises ne suffisant pas à faire oublier totalement les inquiétudes concernant la propagation rapide du variant Delta.

Le Japon va annoncer mardi la prolongation de son état d'urgence à Tokyo et d'autres régions jusqu'au 12 septembre ainsi que son extension à sept autres préfectures.

En Chine continentale, le CSI 300 des grandes capitalisations perd 2,14%, pénalisé par les craintes sur la croissance économique du pays, et à Hong Kong, le Hang Seng abandonne 1,97% avec les valeurs technologiques.

Les autorités chinoises ont publié mardi une série de projets de réglementation visant le secteur de l'Internet, interdisant notamment la concurrence déloyale et limitant l'utilisation des données des utilisateurs.

Cela pèse sur les société Internet cotées à Hong Kong, comme la plate-forme vidéo Bilibili (-7,6%), Tencent (-4,36%) ou encore Alibaba (-4,88%).

CHANGES

Le yen et le franc suisse conservent les gains acquis la veille sous l'effet de l'appétit des investisseurs pour les actifs refuges.

Autre actif jugé sans risque, le dollar avance de 0,1% face à un panier de devises de référence.

L'euro revient ainsi à 1,1763 dollar.

Le dollar néo-zélandais chute de plus de 1% face au dollar américain alors que la Nouvelle-Zélande a fait état de son premier cas de contamination locale au coronavirus en six mois.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans recule de près de deux points de base, à 1,2367%, se rapprochant du creux touché la veille à 1,223%.

Son équivalent allemand suit la tendance dans les premiers échanges: le taux du Bund à dix ans perd plus d'un point de base, à -0,483%.

PÉTROLE

Les cours du brut reculent après avoir été portés en début de séance par une information de Reuters citant quatre sources selon lesquelles l'Opep+ estime que les marchés pétroliers n'ont pas besoin de plus de brut que ce que l'organisation prévoit de produire dans les mois à venir, malgré la pression exercée par les États-Unis pour accroître l'offre.

Mais les inquiétudes persistantes sur la demande mondiale en carburant face au ralentissement notamment de l'économie chinoise ont vite repris le dessus.

Le baril de Brent abandonne 0,26% à 69,33 dollars et celui du brut léger américain perd 0,21% à 67,15 dollars.

(Avec Julie Zu, édité par Marc Angrand)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS