Repli en vue à Wall Street sur fond de doutes sur le commerce

Publié le

par Patrick Vignal

Repli en vue à Wall Street sur fond de doutes sur le commerce
Wall Street est attendue en baisse lundi et les Bourses européennes s'enfoncent dans le rouge à mi-séance. À Paris, le CAC 40 cède 0,79% vers 11h20 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,62% et à Londres, le FTSE abandonne 0,51%. /Photo prise le 11 octobre 2019/REUTERS
© Reuters Staff

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse lundi et les Bourses européennes s'enfoncent dans le rouge à mi-séance, la prudence revenant sur les marchés en l'absence d'avancées notables sur les deux dossiers chauds que sont les tensions commerciales et le Brexit.

Les contrats à terme signalent une ouverture des indices de référence de la Bourse de New York en baisse de 0,3% à 0,4%.

À Paris, le CAC 40 cède 0,79% à 5.620,73 points vers 11h20 GMT. À Francfort, le Dax recule de 0,62% et à Londres, le FTSE abandonne 0,51%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,79%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,73% et le Stoxx 600 0,91%.

Les futures de Wall Street et les indices européens ont creusé leurs pertes après une information de Bloomberg selon laquelle Pékin demanderait de nouvelles négociations avant de ratifier les modestes avancées annoncées vendredi après les négociations de Washington.

Les Etats-Unis et la Chine ont dit s'être entendus sur la "phase 1" d'un accord censé mettre fin à leur conflit commercial, ce qui a conduit le président américain, Donald Trump, à suspendre la hausse de droits de douane qui devait entrer en vigueur mardi.

"Les investisseurs restent prudents, l'accord actuel étant davantage considéré comme un 'progrès positif' que comme un accord approprié, essentiellement en raison d'un manque de substance", écrivent les analystes d'ActivTrades.

L'accord reste en effet à écrire noir sur blanc et il ne couvre qu'une partie des désaccords à l'origine du conflit entre les deux pays, qui pèse sur le commerce mondial depuis un an et demi.

Dernière illustration en date de l'impact de ces tensions sur l'économie: les exportations chinoises ont subi en septembre une baisse plus marquée qu'attendu et les importations se sont contractées pour le cinquième mois consécutif.

Les dernières nouvelles des négociations entre Londres et Bruxelles sur le Brexit ont aussi déçu: le gouvernement britannique a certes déclaré dimanche que les derniers échanges avaient été "constructifs" mais les deux parties semblent encore loin d'un compromis susceptible d'être avalisé par le Conseil européen en fin de semaine.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Tous les grands secteurs de la cote européenne évoluent dans le rouge, les replis les plus marqués affectant ceux qui avaient le plus profité de la hausse quasi générale de vendredi: l'indice Stoxx européen des matières premières perd 2,46%, celui des banques 1,35% et celui de l'assurance 1,63%.

A Paris, ArcelorMittal abandonne 5,04%, la plus forte baisse du CAC 40, pénalisé en outre par un abaissement par Citigroup de son objectif de cours.

Bic décroche de 3,23% après avoir averti sur ses résultats 2019.

Toujours à Paris, Faurecia recule de 2,60% après l'annonce du rachat des parts de Continental (-0,64%) dans leur coentreprise SAS.

Dans l'actualité des fusions-acquisitions, le spécialiste britannique de la cybersécurité Sophos bondit de 35,89% à Londres après l'annonce de son rachat par le groupe de capital-investissement Thoma Bravo sur la base d'une valorisation de 3,82 milliards de dollars (3,46 milliards d'euros).

TAUX

Les rendements des emprunts d'Etat se replient après la forte hausse des séances précédentes: celui du Bund allemand à dix ans recule de plus de trois points de base à -0,472% après une hausse de près de 15 points sur l'ensemble de la semaine dernière.

Sur le marché américain, le rendement à dix ans se stabilise autour de 1,734% après avoir fini vendredi en hausse de plus de 10 points de base sur la journée à 1,757%, porté par les espoirs d'un espoir commercial.

CHANGES

Le dollar gagne 0,1% face à un panier de devises de référence, reprenant une partie du terrain cédé vendredi face principalement à l'appréciation de la livre sterling.

Cette dernière, qui a enregistré jeudi et vendredi sa plus forte hausse sur deux séances depuis plusieurs années, est repartie à la baisse après les déclarations de Londres et Bruxelles sur le Brexit.

L'euro s'échange autour de 1,1030 dollar, en recul de 0,1% environ.

Le yuan chinois, lui, réduit ses gains après avoir profité des dernières annonces sur le conflit commercial USA-Chine. Il ne prend plus que 0,15% face au dollar.

PÉTROLE

Le marché pétrolier amplifie son repli, affecté lui aussi par l'incertitude sur l'évolution du conflit commercial USA-Chine.

Le Brent abandonne 2,25% à 59,15 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 2,14% à 54,70 dollars.

Tous deux ont pris plus de 3% sur l'ensemble de la semaine dernière.

AUCUN INDICATEUR AMÉRICAIN À L'AGENDA DU 14 OCTOBRE.

(Édité par Marc Angrand)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte