[Repères] Scope 1, scope 2, scope 3… Ce que recouvre le référentiel des émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre

Un standard international, le GHG Protocol, cartographie les différentes sources d’émissions de gaz à effet de serre - souvent réduits à l'appellation carbone - d’une organisation en une vingtaine de catégories regroupées dans trois grandes familles : les scope 1, 2 et 3. Où s'arrêtent et où commencent ces scopes? Détails et explications.

Partager
[Repères] Scope 1, scope 2, scope 3… Ce que recouvre le référentiel des émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre
Pour s'y retrouver entre les scopes 1, 2 et surtout 3 de leurs émissions carbone, les entreprises doivent explorer l'ensemble de leur chaîne de valeur.

À chaque grande mutation économique son jargon. La lutte contre le réchauffement climatique ne fait pas exception, avec son cortège d’objectifs de « neutralité carbone », de « zéro carbone net », de tonnes de CO2 équivalent carbone, bilan carbone, analyse de cycle de vie et autres « scope 1 », « scope2 » et « scope 3 ».

Ce terme « scope » renvoie aux trois grandes familles d’émissions de gaz à effet de serre d’une organisation - collectivité, entreprise, association... - définies par le standard international du Greenhouse gaz protocol (GHG Protocol). Il a été créé en 1998 pour aider les organisations à réaliser leur bilan carbone ou de gaz à effet de serre, en identifiant les principaux postes d’émissions directes et indirectes, pour mieux cibler ses actions de réduction. Pour l’entreprise, ils couvrent une vingtaine de catégories.

Le scope 1 : émissions directes

Il concerne toutes les émissions directes de l’entreprise. Elles sont rangées dans deux grandes catégories :

  • Les émissions liées aux équipements et installations (fours, hauts fourneaux, séchoirs...)
  • Les émissions liées au carburant consommé par les véhicules d’entreprises. Les émissions des camions seront dans le scope 1 des transporteurs (car directement liées à leur activité), mais dans le scope 3 (indirect de la chaîne de valeur) d’une entreprise qui les utilise pour le fret.

À noter que l’Agence de la transition écologique (Ademe), pour les bilans de gaz à effet de serre, classe les émissions directes en cinq catégories liées au type d’émetteur : sources fixes de combustion, sources mobiles de combustion, procédés hors énergies, émissions fugitives et biomasse (sols et forêts). Cette dernière sera souvent utilisée par l’agriculture et les collectivités territoriales, par exemple.

Le scope 2 : émissions indirectes énergies

Une organisation va comptabiliser dans son scope 2 les émissions liées à la production des énergies qu’elle utilise : électricité, vapeur, chaleur, froid et air comprimé. Ces émissions indirectes dépendent donc grandement de la source d’énergie primaire (pétrole, gaz, charbon, biomasse, éolien, solaire…) utilisée pour les produire. L’Ademe propose de distinguer les consommations d'électricité des autres.

Le scope 3 : émissions indirectes dans la chaîne de valeur

C’est la famille d’émissions la plus difficile à appréhender, d’autant qu’elle recouvre 15 catégories dans lesquelles on retrouve toutes les émissions directes mais aussi indirectes des différentes parties prenantes - fournisseurs, prestataires, clients - de l'organisation, sur sa chaîne de valeur en amont et en aval de son activité.

En amont dans la chaîne de valeur d’une organisation, on retrouve principalement les émissions de ses fournisseurs (et de leur propre chaîne amont). Le GHG Protocol répertorie huit catégories amont, et y inclut le traitement des déchets :

  • Achats de produits et services (par exemple les émissions émises lors de la fabrication de l’acier, du verre, de l’aluminium utilisés)
  • Immobilisation
  • Transports de marchandises et distribution (carburant consommé par les camions, avions, bateaux…)
  • Amont énergie
  • Déchets de l’organisation
  • Actifs loués en amont
  • Déplacements professionnels
  • Déplacements domicile-travail

En aval dans la chaîne de valeur, les émissions liées à l’usage des produits et services et à leur fin de vie sont regroupés en sept catégories :

  • Transport des marchandises et services
  • Utilisation des produits vendus (par exemple le carburant consommé par les voitures, pour un constructeur ou un pétrolier…)
  • Transformation des produits vendus
  • Fin de vie des produits vendus
  • Investissements
  • Actifs loués en aval
  • Franchises

En France, l’étude et la publication des émissions du scope 3 ne figurent pas obligatoirement dans le bilan de gaz à effet de serre (Beges) que les entreprises de plus de 500 salariés doivent publier tous les quatre ans. Mais elles sont devenues indispensables pour définir une stratégie de neutralité carbone crédible. Travailler sur son scope 1 et 2 ne suffit plus à satisfaire les actionnaires, les banques et fonds d'investissement, ni même les clients qui cherchent à justifier de leurs propres efforts de réduction d'émissions.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingenieur-e Mécanique

Safran - 23/11/2022 - CDI - Poitiers

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

67 - Seltz

Construction d'un bâtiment d'accueil au camping Salmengrund Seltz

DATE DE REPONSE 09/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS