Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

[Repères] De plus en plus d'accidents sur les sites Seveso

Julien Cottineau , , , ,

Publié le

La data Avec 1112 accidents et incidents survenus en 2018 sur les installations classées, l’accidentologie progresse selon le Bureau d’analyse des risques et pollutions classées (Barpi). Les sites Seveso comptent pour 25% des cas. Les secteurs chimie/pharmacie et du traitement des déchets sont les plus à risques.

[Repères] De plus en plus d'accidents sur les sites Seveso
Depuis trois ans, l’accidentologie augmente sur les sites Seveso en France.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Depuis trois ans, l’accidentologie augmente sur les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), c’est-à-dire les exploitations industrielles et agricoles pouvant engendrer des risques, des pollutions ou des nuisances pour la sécurité et la santé des riverains.

Selon l’Inventaire 2018 du Bureau d’analyse des risques et pollutions industrielles (Barpi), paru en septembre 2019, 1112 incidents et accidents industriels (dont 440 accidents) ont été recensés en France en 2018, contre 1053 (dont 407 accidents) 2017 et 853 (362 accidents) en 2016. Les sites les plus accidentogènes sont de loin dans le secteur du traitement des déchets (244 incidents et accidents en 2018), devant la chimie-pharmacie (170) et la métallurgie (92).

Les sites Seveso, 25% des cas en 2018

Au sein des ICPE, les sites Seveso, seuil haut et bas, comptaient pour 25% des cas signalés en 2018. Là encore, le Barpi note une augmentation de cette part, qui était de 22% en 2017 et de seulement 15% en 2016. Le nombre d'accidents, en valeur absolue, progresse aussi. On a répertorié 111 accidents sur les sites Seveso en 2016, 120 en 2017 et 161 en 2018.

L’industrie chimique et pharmaceutique, dont les sites sont souvent plus à risques et plus fréquemment classés Seveso, arrive en tête des risques, avec 76 cas signalés en 2018. Le secteur du traitement des déchets arrive en deuxième position avec 20 cas, soit un doublement en un an. Suivent ensuite la cokéfaction et le raffinage (18 cas), la métallurgie et produits métalliques (14) et le transport et l’entreposage (11).

Amélioration de la remontée d'information

Ces résultats comprennent à la fois les accidents, tels qu'incendies, explosions ou rejets, avec des conséquences sur l’environnement et/ou des personnes mais aussi les "incidents notables d’exploitation sans conséquence effective", souligne le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le ministère juge d’ailleurs que cette augmentation significative est "due en bonne partie à une amélioration de la remontée d'information, l'inspection des installations classées étant de plus en plus vigilante sur ces questions", notant au passage que la courbe des accidents progresse plus faiblement que celle des incidents. 

Suite à l’augmentation de l’accidentologie du secteur du traitement des déchets, le ministère indique que l’inspection des installations classées devrait mener une "action de contrôle ciblée en 2020" dans ce secteur.


 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle