Renesas conforte la relance du Japon dans les puces avec le rachat de l’américain IDT

A la contre-offensive depuis 2016, le fabricant japonais de semi-conducteurs Renesas Electronics rachète l’américain IDT. Une opération qui participe à la relance du Japon dans les puces électroniques après plus de deux décennies de déclin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renesas conforte la relance du Japon dans les puces avec le rachat de l’américain IDT
Renesas Electronics poursuit ses acquisitions.

Renesas Electronics poursuit ses emplettes. Le deuxième fabricant japonais de semi-conducteurs derrière Toshiba Memory Corp a conclu un accord pour racheter l’américain Integrated Device Technololgy (IDT). La transaction se monte à 6,7 milliards de dollars en cash, financée par emprunt bancaire et trésorerie. Renesas Electronics espère la finaliser au premier semestre 2019.

Synergies de 250 millions de dollars à terme

C’est sa deuxième acquisition majeure après le rachat en février 2017 d’Intersil, l’ex-bras armé de General Electric dans les semi-conducteurs. Elle s’inscrit dans la stratégie de rebond lancée en 2016 après cinq années consécutives de restructuration et

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

d’amaigrissement. Cette société, qui réunit l’essentiel des semi-conducteurs de trois géants japonais de l’électronique, Hitachi, Mitsubishi Electric et NEC, compte aujourd’hui 18 800 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 7,1 milliards de dollars en 2017. Avec l’apport IDT, son revenu annuel devait passer aux alentours de 8 milliards de dollars.

Cette acquisition complète son portefeuille de puces pour l’automobile, les datacenters ou encore l’Internet des objets. Elle est censée accélérer la croissance du fabricant japonais et lui offrir des synergies de 250 millions de dollars à terme grâce aux ventes croissantes de produits et aux économies d’échelle.

Pour le Japon, cette opération sonne comme une bénédiction de nature à conforter sa relance dans les semi-conducteurs. Après avoir dominé le secteur dans les années 1980, il a connu un terrible déclin ces deux dernières décennies. Selon le cabinet IHS Markit, il ne détient plus que 9,8% du marché mondial en 2017, loin derrière les Etats-Unis (50%) et la Corée du Sud (21,5%). A la fin des années 1980, il en était à 49%.

Le Japon à l'offensive dans les fusions-acquisitions

Mais depuis 2017, le pays du Soleil Levant semble redresser la tête grâce au boom de ses trois champions : Toshiba Memory Corp dans les mémoires flash, Renesas Electronics dans les circuits embarqués et Sony dans les capteurs d’image Cmos. Après avoir laissé certains de ses fleurons comme Elpida Technology se faire absorber par des acteurs étrangers, il est à la contre-offensive dans le domaine des fusions-acquisitions avec le rachat de l’américain InvenSense par TDK, du britannique ARM par SoftBank, ou encore des yankee Intersil et IDT par Renesas Electronics.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS