Renault Zoé, une voiture normale

La compacte électrique arrive en concession début mars. Au delà de la rupture technologique, Renault a tout fait pour ne pas bousculer les habitudes de ses clients.

Partager
Renault Zoé, une voiture normale

Sa bouille ronde ne passe pas inaperçue. Sur les routes portugaises, où elle est actuellement aux mains de la presse automobile, les passants se retournent au passage de la Zoé. "Elle est pas mal. Je n'ai plus qu'à fermer boutique et partir au Brésil!" lance en rigolant le patron d'une petite station-service de Cascais, station balnéaire huppée près de Lisbonne. La Zoé est, en effet, la première voiture conçue comme 100% électrique par Renault, au contraire de la Fluence ou du Kangoo, deux modèles thermiques transformés en véhicules électriques.

Comme d'habitude

Mais face à ce changement d'énergie, la marque au losange fait tout pour ne pas bousculer ses clients, surtout ceux qui n'ont jamais conduit de voiture électrique. "Le véhicule électrique représente déjà une grosse rupture. Nous avons donc décidé de développer la voiture comme d'habitude" explique un porte-parole de la marque.

Le look même de la Zoé reste classique, très éloigné du concept présenté en 2009. Il reprend indéniablement de nombreux traits de la nouvelle Clio et adopte la signature de marque dessinée par Laurens van den Acker, avec un logo Renault proéminent à l'avant. La Zoé emprunte aussi sa plateforme à la Clio 4, Renault peut ainsi l'assembler sur la même chaîne que la Clio à Flins (Yvelines).

Dans l'habitacle comme sur la route, le conducteur oublie vite qu'il conduit une voiture électrique. Sur le tableau de bord, Renault a conservé un motif proche du compte-tour, pour matérialiser les accélérations, juste à côté de la vitesse. Le silence, grande caractéristique des véhicules électriques, est tempéré par la "ZE Voice", le son émis par la Zoé et destiné aux piétons pour prévenir de la présence du véhicule jusqu'à 30km/h. Au-dessus de cette vitesse, les bruits de roulement rappellent ceux d'une voiture neuve. Sur la route, la Zoé remplit parfaitement la mission qui lui a été assignée, effectuer de petits trajets à des vitesses limitées.

Supporter le risque

Le modèle commercial développé autour de la Zoé doit également effacer les dernières angoisses du consommateur autour de la voiture électrique, notamment de la batterie. Qu'il l'achète ou la loue en longue durée, le conducteur devra louer la batterie à partir de 79 euros par mois, un tarif qui comprend une assistance et le remplacement de la batterie si sa capacité de charge passe sous la barre des 75%.

"La location de la batterie apporte une grande tranquillité à l'utilisateur. Renault prend les risques et supporte le côté anxiogène" précise Simon Luque, directeur du programme ZE, le programme électrique de Renault. Et le constructeur ne manque pas une occasion de rappeler que des concurrents ont repris le modèle ... déjà utilisé dans les années 90 avec les premiers véhicules électriques, Peugeot 106 zéro émission et autres ! Renault veut à tout prix assurer ses ventes, quitte à modifier l'approche client.

"Lors d'une vente, les premières questions posées au client ne reposent pas sur la finition ou la couleur mais sur son usage du véhicule. A-t-il une solution de recharge? Quel parcours effectuera-t-il avec la voiture?" détaille Emmanuel Bouvier. "Et si ça ne correspond pas, nous avons aussi une bonne gamme thermique" ajoute le directeur commerce gamme ZE. De quoi éviter des retours négatifs de clients sur la Zoé. Renault se refuse pour le moment à donner des objectifs de vente, mais espère plusieurs dizaines de milliers de Zoé vendues en année pleine.

Pauline Ducamp à Lisbonne

Quel client pour la Zoé ?
La compacte électrique est traditionnellement associée à une conduite urbaine. Mais depuis plusieurs mois, ce sont majoritairement des clients habitant en périphérie des grandes villes et des ruraux qui se présentent en concession. "Ces conducteurs disposent d'un habitat individuel avec de la place pour installer leur point de recharge et plusieurs véhicules" souligne Emmanuel Bouvier. Clairement, la Zoé ne se peut remplacer le principal véhicule thermique d'un ménage, mais représente pour Renault une alternative crédible à la seconde voire la troisième voiture.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur(e) Calculs Mécaniques F/H

ORANO - 21/01/2023 - CDI - Montigny-le-Bretonneux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

30 - CC RHONY VISTRE VIDOURLE

Fourniture et acheminement de gaz

DATE DE REPONSE 02/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS