Renault veut générer 1 milliard d'euros dans l'économie circulaire grâce au nouveau Flins

Dans une interview donnée le 17 avril, le directeur général de Renault précise ses ambitions pour l'usine de Flins (Yvelines). En transformant le site en pôle de recyclage, le constructeur espère générer plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires dans l'économie circulaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault veut générer 1 milliard d'euros dans l'économie circulaire grâce au nouveau Flins
Renault compte arrêter l'assemblage de véhicules neufs à Flins en 2025, créant à la place la première usine européenne d'économie circulaire dédiée à la mobilité. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Renault compte générer plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires dans l'économie circulaire, grâce notamment à la transformation de l'usine d'assemblage de voitures neuves de Flins (Yvelines) en un pôle de recyclage. La conversion du site fait partie des principales décisions du plan de restructuration du constructeur automobile français déficitaire.

8 milliards de PIB par an

« Notre ambition, d'ici à 2030, consiste à réaliser [à Flin] davantage de chiffre d'affaires qu'en y assemblant des voitures [...] et de générer plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires dans l’économie circulaire », a déclaré le directeur général du groupe, Luca de Meo, dans un entretien avec Le Journal du dimanche publié le 17 avril.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce chiffre représenterait un peu plus de 2 % du chiffre d'affaires de 43,5 milliards d'euros affiché par le groupe en 2020. Renault doit publier jeudi 22 avril son chiffre d'affaires pour le premier trimestre 2021. « Si le plan Renaulution se déroule comme prévu, Renault pourra créer l'équivalent de 8 milliards de PIB par an ! », a ajouté le patron, insistant sur son intention de créer de la valeur en France.

Le groupe a confirmé fin 2020 son intention d'arrêter l'assemblage de véhicules neufs à Flins en 2025, créant à la place la première usine européenne d'économie circulaire dédiée à la mobilité. Le nouveau site, dénommé « Re-Factory », accueillera des activités de recyclage d'organes mécaniques, de reconditionnement de véhicules d'occasion et de batteries électriques, et de démantèlement de voitures.

A LIRE AUSSI

Course contre la montre pour l'électrification

Tous les constructeurs sont engagés dans une course contre la montre pour électrifier leur gamme et trouver des nouveaux relais de croissance alors que le durcissement des normes d'émissions polluantes condamne un nombre croissant de technologies essence et diesel historiques. « Bientôt, nous détaillerons notre stratégie dans l'électrique pour conserver notre leadership dans ce domaine clé », a ajouté Luca de Meo.

A LIRE AUSSI

Sur les batteries, « nous disposons d'un réel avantage concurrentiel, puisque nous sommes les premiers à recevoir des batteries en seconde vie », a argumenté le dirigeant. Si Renault et son partenaire Nissan ont été les premiers à disposer d'une gamme électrique au début de la décennie 2010, ils se sont fait doubler par les ambitions du nouveau venu américain Tesla et par le spectaculaire tournant stratégique du géant allemand Volkswagen vers l'électrique.

Avec Reuters (Gilles Guillaume)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS