Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault va étudier "avec intérêt" la proposition de fusion avec Fiat-Chrysler

Julie Thoin-Bousquié , , , ,

Publié le , mis à jour le 27/05/2019 À 12H00

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

[ACTUALISÉ] Fiat-Chrysler a annoncé lundi 27 mai avoir soumis un projet de fusion détenu à 50-50 par ses actionnaires et ceux de Renault. Le groupe français, lors d'un conseil d'administration, a confirmé qu'il étudierait cette proposition.

Renault va étudier avec intérêt la proposition de fusion avec Fiat-Chrysler
Renault serait en discussion avec FCA en vue d'un rapprochement entre les deux groupes.
© Renault

Beaucoup croyaient à un mariage entre PSA et Fiat-Chrysler (FCA). Mais c’est un autre groupe français, Renault, qui pourrait finalement mettre la main sur le constructeur automobile italo-américain. Dans un communiqué diffusé lundi 27 mai, le second fabricant a annoncé avoir "soumis un projet de fusion avec Renault pour créer un groupe automobile de premier rang". Une proposition que le constructeur français "confirme avoir [reçue]" par retour de communiqué.

Un conseil d’administration de Renault s'est réuni ce 27 mai. Celui-ci a décidé "d’étudier avec intérêt l’opportunité d’un tel rapprochement, confortant l’empreinte industrielle du Groupe Renault et générateur de valeur additionnelle pour l’Alliance", explique-t-il dans un communiqué publié à l'issue de la réunion. 

Dans le détail, FCA indique que cette nouvelle entité serait détenue à "50% par les actionnaires de FCA, et à 50% par les actionnaires de Renault, avec une structure de gouvernance équilibrée et la majorité du conseil d’administration indépendante". Fiat précise également qu’il "n’y aura pas de fermetures d’usines résultant de cette combinaison". De quoi rassurer les États impliqués. Dans un article publié ce week-end, Le Figaro indiquait que l’État français attendait des engagements sur l’emploi et le maintien des usines dans l’Hexagone, un sujet sur lequel Renault aurait déjà "apporté des garanties".

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle