L'Usine Auto

Renault Trucks pourrait supprimer 463 postes en France, Lyon en première ligne

, , , ,

Publié le , mis à jour le 16/06/2020 À 18H23

Face au ralentissement de la demande en camions provoqué par la crise économique post-Covid-19, le constructeur de poids lourds Renault Trucks, filiale du suédois Volvo, envisage de supprimer 463 emplois en France pour réduire ses coûts.

Renault Trucks pourrait supprimer 463 postes en France, Lyon en première ligne
Le constructeur de poids lourds Renault Trucks, filiale du suédois Volvo, pourrait supprimer 463 emplois en France.
© Renault

Sale temps pour l'automobile en France. Les mauvaises nouvelles s'enchaînent avec le dépôt de bilan de Peugeot Japy (composants mécaniques pour boîtes de vitesses), les trois usines de l’américain Inteva Products (systèmes électriques, verrouillage, lève-vitre) en quête d’un repreneur, sans compter le plan de réorganisation de Renault, qui entend supprimer 1 500 postes dans l’ingénierie, 2 100 dans la production et 1 000 dans les fonctions support, ont dévoilé des sources syndicales ce 16 juin.

Le constructeur de poids lourds Renault Trucks, filiale du suédois Volvo, pourrait supprimer pour sa part 463 emplois en France pour réduire ses coûts et faire face au ralentissement de la demande en camions provoqué par la crise économique post-coronavirus. Le groupe, issu de la fusion de noms prestigieux comme Berliet et Saviem et cédé en 2001 par Renault à Volvo, compte lancer un plan de départs volontaires et éviter les licenciements secs. Il espère aussi réduire d'une centaine de postes le nombre de suppressions envisagées en réinternalisant certaines fonctions, annonce-t-il dans un communiqué mardi 16 juin.

Lyon en première ligne

Sur les quatre implantations de Renault Trucks en France - situées à Lyon (Rhône), Bourg-en-Bresse (Ain), Blainville-sur-Orne (Calvados) et Limoges (Haute-Vienne), Lyon sera de loin la plus touchée avec 439 postes supprimés dans la R&D et les études, suivie de Bourg-en-Bresse (avec 24 postes). Seuls les cadres et les employés sont touchés, pas les ouvriers.

"Renault Trucks s'attend à une baisse significative du marché du camion en 2020 et se prépare à une activité économique qui ne renouera pas, à court et à moyen terme, avec les niveaux d'avant la crise", se justifie l'entreprise dans un communiqué.

A l'échelle mondiale, Volvo a annoncé envisager au second semestre 4 100 suppressions d'emplois sur un effectif de 104 000 personnes, soit environ 4%. En France, où Renault Trucks SAS emploie environ 7 400 personnes, les 463 postes représenteraient plus de 6% des effectifs.

 

avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Bertrand Boucey)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte