Renault tourne le dos au système de batteries interchangeables de Better Place

Renault va cesser d'investir dans les système de bateries interchangeables de l'israëlien Better Place, a annoncé Carlos Ghosn dans une revue spécialisée danoise début mai. Un revirement alors que cette solution semblait une alternative séduisante à la borne de recharge.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault tourne le dos au système de batteries interchangeables de Better Place

Remplacer la batterie à plat de son véhicule électrique plutôt que de la recharger. Cette idée, portée par la start-up Better Place, avait séduit Renault et en particulier son patron Carlos Ghosn lors du salon de Davos en 2007. L'homme d'affaires israélien Shai Agassi, à la tête de Better Place, avait ainsi convaincu le constructeur français d'investir dans ce projet en soutenant la mise en place d'un réseau de station d'échange de batteries et en proposant un véhicule adapté à ce concept, la Fluence.

"Les batteries interchangeables ne sont plus la principale orientation"

Mais aujourd'hui, face aux difficultés rencontrées par Better Place qui a perdu plus de 800 millions de dollars en 2012, Renault met un frein à son implication dans ce projet. "Quand vous observez les tendances globales, nous devons conclure que les batteries interchangeables ne sont plus la principale orientation pour les véhicules électriques. La tendance et la demande vont vers des batteries standards intégrées à plat sous le châssis", a ainsi expliqué Carlos Ghosn au journal danois Energiwach début mai. La dernière Zoé est ainsi conçue exclusivement pour une recharge par borne, un système que privilégierait désormais le constructeur.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Le partenariat continue, il n'est pas question de l'arrêter. Après, il est sûr que nous nous concentrons sur l'existant plutôt que de travailler sur d'autres projets", avait précisé de son côté le directeur de Renault au Moyen-Orient aux Echos. Pour le moment donc, le déploiement de ce système de batteries interchangeables se limitera aux deux pays où il a déjà été lancé, Israël et le Danemark, et la Fluence devrait rester l'unique véhicule compatible.

Une entreprise menacée de faillite

Better Place serait actuellement menacée de faillite. Les ressources de l'entreprise lui permettraient ainsi de tenir jusqu'au mois d'août 2013 seulement. D'après le site spécialisé CleanTech Republic, Better Place miserait pour sa survie sur des projets de développement en Chine ou sur une réorientation de son activé vers la location de batteries traditionnelles.

Julien Bonnet

3 Commentaires

Renault tourne le dos au système de batteries interchangeables de Better Place

Lucidité
21/05/2013 17h:43

Ce qui est étonnant, dans l’aventure Better Place,c'est qu'elle ait duré aussi longtemps. Que des financiers attirés par les promesses de la réussite se soient laissé berner passe encore, mais que des techniciens, des économistes, observateurs des mécanismes de l’innovation, n’aient pas vu que la voie empruntée était une impasse dès lors que seul Renault y croyait, est plus étonnant. Il est vrai que les fanfaronnages de Ghosn sur le zéro émission et l’autonomie illimitée avaient de quoi convaincre les moutons de Panurge. Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent

Réagir à ce commentaire
Le Gag-arnaque est ENFIN terminé...
22/05/2013 02h:18

Le Gag est terminé…

Il était vraiment temps que Ghosn jette l’éponge… Ce deal avec Better Place a fait rire toute la profession, et au final, seul Ghosn s’est fait avoir… Tout cela parce qu’il a été embobiné par un bonimenteur de génie, Shai Agassi, qui lui avait été présenté à Davos par Shimon Pérès…

La très mauvaise nouvelle par contre, c’est que ce « Gag-flop » aura coûté une véritable fortune au contribuable : osera-t’on un jour dire combien Renault a récolté en subsides gouvernementaux (Bercy, FSI…) pour le développement de son soi-disant « Programme VE » ??? « On parle » de près d’un milliard d’euros, dans les couloirs du Ministère de la désindustrialisation…

Sans parler des quarante millions versés en pure perte par la Banque Européenne d’Investissement à Better Place, vraisemblablement sous l’aimable suggestion de Renault…

Quel gâchis… Mettre autant de temps pour enfin réaliser l’évident, que l’on ne conçoit pas une voiture « autour de son réservoir »…

La Fluence est dorénavant mort-née. Il reste à voir ce que deviendra la Zoé une fois passée la vague des achats concessionnaires et des premières « ventes » lourdement subventionnées…

Réagir à ce commentaire
Le gag est terminé...
22/05/2013 12h:12

Il était vraiment temps que Ghosn jette l’éponge… Ce deal avec Better Place a fait rire toute la profession, et au final, seul Ghosn s’est fait avoir… Tout cela parce qu’il a été embobiné par un bonimenteur de génie, Shai Agassi, qui lui avait été présenté à Davos par Shimon Pérès…

La très mauvaise nouvelle par contre, c’est que ce « Gag-flop » aura coûté une véritable fortune au contribuable : osera-t’on un jour dire combien Renault a récolté en subsides gouvernementaux (Bercy, FSI…) pour le développement de son soi-disant « Programme VE » ??? « On parle » de près d’un milliard d’euros, dans les couloirs du Ministère de la désindustrialisation…

Sans parler des quarante millions versés en pure perte par la Banque Européenne d’Investissement à Better Place, vraisemblablement sous l’aimable suggestion de Renault…

Quel gâchis… Mettre autant de temps pour enfin réaliser l’évident, que l’on ne conçoit pas une voiture « autour de son réservoir »…

La Fluence est dorénavant mort-née. Il reste à voir ce que deviendra la Zoé une fois passée la vague des achats concessionnaires et des premières « ventes » lourdement subventionnées…

Réagir à ce commentaire
3 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS