Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault touché par la vague de cyberattaques, une enquête est ouverte en France

, , , ,

Publié le , mis à jour le 13/05/2017 À 23H35

PARIS (Reuters) - La justice française a ouvert une enquête sur la vague de cyberattaques qui touche plusieurs pays et institutions depuis vendredi 12 mai, dont le constructeur automobile Renault en France, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Renault touché par la vague de cyberattaques, une enquête est ouverte en France
Usine de Renault Flins
© Renault

L'enquête, ouverte dès vendredi 12 mai au soir, porte sur les chefs "d'accès et maintien frauduleux dans des STAD (services de traitement automatisés des données), entraves au fonctionnement de STAD, extorsions et tentatives d'extorsions", a-t-on indiqué. Elle a été confiée par le parquet de Paris à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) et concerne l'attaque lancée contre "Renault et d'éventuelle autres victimes", a-t-on précisé de même source.

Renault a mis à l'arrêt samedi plusieurs de ses sites de production par précaution. "Nous avons mis en place des mesures préventives, dont la suspension temporaire de l'activité de certains sites", a indiqué un porte-parole du groupe à Reuters, "c'est pour empêcher la propagation du virus." Un délégué syndical FO de l'usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) a déclaré à BFMTV que le site était à l'arrêt. "Il y a juste la partie emboutissage qui devait tourner ce week-end. Ils ont essayé de la faire repartir mais elle est pour l'instant à l'arrêt", a-t-il dit.

Un porte-parole de PSA, l'autre grand constructeur automobile français, a déclaré à Reuters que le groupe n'était apparemment pas touché par cette cyberattaque qui a démarré vendredi en fin de journée chez Renault.

Une porte-parole de Renault avait indiqué auparavant à Reuters que le virus en cause semblait "a priori le même" que celui signalé dans d'autres pays, du type "rançongiciel", qui bloque les ordinateurs jusqu'au versement d'une rançon. "Comme on a pu le voir, le virus n'est pas focalisé sur la France et chez nous, de la même façon, il ne touche pas que la France", a encore dit la porte-parole.

Renault est le premier groupe français à annoncer être visé par ces attaques qui ont notamment créé d'importantes perturbations vendredi dans le système de santé publique britannique.

Pour Reuters, Yann Le Guernigou et Mathieu Rosemain, avec Emmanuel Jarry, édité par Nicolas Delame

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle