L'Usine Auto

Renault se prépare à affronter les suites de l’affaire d’espionnage

Publié le

Dans l’attente des conclusions de la Suisse et du Liechtenstein concernant l’existence éventuelle de comptes bancaires, la direction du constructeur français étudierait les moyens d’exonérer les trois cadres.

Renault se prépare à affronter les suites de l’affaire d’espionnage © D.R.

Sommaire du dossier

Renault n’attend pas la fin de l’affaire pour se préparer. Selon le Wall Street Journal, le constructeur serait prêt à blanchir les trois cadres licenciés.

Mais plus largement, cette affaire pourrait entraîner des changements au plus haut niveau du groupe. Une éventuelle démission du directeur général délégué, Patrick Pélata, a déjà été évoquée. Le journal mesure tout de même cette information en précisant que le patron du groupe, Carlos Ghosn, pourrait la refuser.

Reste que l’avocat du constructeur, Jean Reinhart, a prévenu que le groupe ne prendrait aucune décision avant les conclusions du Parquet de Paris. « Nous avons été fortement critiqué pour appuyer sur la gâchette trop rapidement, assure-t-il. Nous ne voulons pas le faire à nouveau ».

Le Wall Street Journal revient aussi sur le travail de la justice dans l’affaire. Il explique que les procureurs français auraient utilisé « l’ADN de traçage pour déterminer l’auteur de la lettre anonyme qui a déclenché l’affaire Renault », selon des sources proches du dossier. En vain, car le timbre collé sur la lettre était autocollant.

Traduction (approximative) de l'article du Wall Street Journal via Google
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte