Renault Sandouville : visite « allégée » pour le Président Sarkozy

Social

Partager

Le Président de la République qui avait souhaité, peut-être victime du syndrome « quand Renault éternue, la France s'enrhume », rencontrer avec leur P-DG, Carlos Ghosn, les salariés de l'usine Renault Sandouville (Seine-Maritime) où le constructeur automobile a lancé un plan de 1 000 départs volontaires, n'a pu les rencontrer.

La réunion avec 400 salariés triés sur le volet a été annulée, tout comme la visite des chaînes de production dont les salariés avaient cessé le travail.

De source syndicale, ces derniers ont d'ailleurs été empêchés par un important dispositif de CRS, de rejoindre aux portes extérieures de l'usine des ouvriers en grève qui attendaient de leur côté le Président. La seule réunion de la journée, à l'extérieur de l'enceinte de l'usine, aura été brève avec des représentants des différents syndicats de l'établissement industriel.

A cette occasion, les deux présidents ont fait une nouvelle proposition pour inciter les salariés au départ volontaire. Il s'agit d'un Contrat de Transition Professionnelle qui assurerait aux volontaires un salaire équivalent à celui précédant leur départ de l'usine jusqu'à ce qu'ils trouvent un nouveau travail. « Ce site ne fermera pas. Le président de Renault, Carlos Ghosn et Renault ont décidé d'y faire construire un véhicule utilitaire en 2012, a assuré le président. « L'Etat est l'un des actionnaires de Renault. L'Etat travaille main dans la main avec le management de Renault. J'ai voulu voir les salariés et les syndicats pour leur expliquer cela », a-t-il ajouté, selon l'AFP.

« Une proposition vague, présentée sans garanties » résume un délégué syndical, « pour quelle durée réelle cette offre est-elle valable, qui va la financer, comment, et combien de propositions d'embauches un salarié pourra-t-il refuser ? Nous aurions plutôt souhaité une véritable pérennisation du site, avec l'annonce de la fabrication d'un nouveau modèle dès 2009 et non un quitus à la perte de 1 000 emplois sur les 3 700 que compte encore l'usine ».

De son côté, le Président de la République a regretté ne pouvoir rencontrer des ouvriers en grève et a indiqué qu'il reviendrait volontiers lorsqu'ils ne seront plus en grève.

De notre correspondant en Normandie, Patrick Bottois

Nouveau !
L'édition 2008-2009 de « L'Atlas des Usines » vient de sortir. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS