Renault s’appuierait sur Nissan pour entrer en Chine

Renault n’ira pas seul en Chine ; enfin pas pour l’instant en tout cas. C’est ce qu’a déclaré le PDG du constructeur Carlos Ghosn lors de l’inauguration de la première usine de 4x4 de Nissan en Chine.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault s’appuierait sur Nissan pour entrer en Chine

Renault pourrait bien rejoindre la joint-venture Nissan/Dongfeng pour accéder au marché chinois. C’est en substance ce qu’a affirmé le patron de l’Alliance, Carlos Ghosn le 20 septembre. Le groupe français ne serait donc pas pressé d’avoir son propre site de production dans le plus grand marché automobile mondial. Il préférerait rejoindre « le moment venu » la coentreprise de son partenaire Nissan et du chinois Dongfeng.

Pour les analystes, l’initiative de Renault repose sur la prudence. « Autant attendre que de se lancer dans une course sans préparation », commente Carlos Da Silva, analyste pour IHS Global Insight. En mars dernier, face à des rumeurs, Renault avait expliqué vouloir se concentrer d’abord sur les marchés indiens et russes. « L’Alliance est présente via Nissan, explique un porte-parole du groupe. Nous ne pouvons pas être sur tous les fronts à la fois. Nous irons lorsque nous serons couronnés de succès en Russie et en Inde ». Selon Bertrand Rakoto, expert automobile pour R.L.Polk, « Renault exporte peu de véhicules en Chine et un lancement de la marque sur le marché chinois reviendrait aujourd'hui plus cher que de poursuivre l'assemblage et distribution de voitures sous les labels du groupe comme Samsung ou en partenariat avec Nissan ». Reste que les propos de Carlos Ghosn interviennent la veille de l’annonce par son concurrent PSA Peugeot Citroën de l’ouverture d’une troisième usine en Chine en partenariat avec Dongfeng.

Pour d’autres experts, Renault craindrait les politiques du gouvernement chinois destinées au partage de technologies les plus stratégiques entre constructeurs locaux et étrangers désireux de développer des véhicules électriques en Chine.

Une démarche que pourrait entreprendre Nissan qui est en pourparlers avec Dongfeng sur le transfert de sa technologie pour véhicules électriques. Le constructeur japonais entend doubler sa capacité de production dans le pays d’ici à 2012. Avec pour objectif 1,2 million d’unités produites par an.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS