Tout le dossier Tout le dossier

Renault propose d'harmoniser le temps de travail dans ses usines

A l'issue de la cinquième réunion de négociation compétitivité chez Renault, la direction a proposé aux syndicats d'aligner le temps de travail effectif de tous les sites sur la durée légale de 35 heures hébdomadaires, ce qui entraînerait une augmentation de 6,5% en moyenne du temps de travail effectif.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault propose d'harmoniser le temps de travail dans ses usines

Renault a proposé mercredi à ses syndicats d'allonger de 6,5% en moyenne le temps de travail dans ses usines françaises afin de rendre celles-ci plus compétitives. Le constructeur automobile, qui négocie depuis l'automne dernier un accord de compétitivité en France, aimerait aligner le temps de travail effectif de tous ses sites de production hexagonaux sur 35 heures, la durée légale du travail en France.

"De grandes disparités de travail effectif"

"L’examen des horaires de travail pratiqués sur les différents sites, selon les diverses modalités d’organisation (normale, 2x8, 2x8+nuit…) montre qu’il y a de grandes disparités sur le temps de travail effectif, c’est-à-dire le temps passé "au poste de travail", indépendamment des pauses et du temps capitalisé pour la formation ou les RTT", indique Renault dans un communiqué publié à l'issue de cette cinquième réunion.

Le groupe a signé en 1999 et 2000 un accord sur les 35 heures, mais des accords locaux plus avantageux dans les différentes usines ont abouti à des temps de travail effectifs inférieurs. Les sites tertiaires en Ile-de-France travaillent quant à eux à peu près la durée légale, précise Renault.

Rendre les usines plus attractives

Cette harmonisation du temps de travail "contribuerait à rendre les usines françaises plus attractives dans le cadre d'affectations de volumes complémentaires à ceux de Renault", a indiqué le constructeur dans un communiqué. Une porte-parole a précisé que le groupe faisait référence à l'accueil dans les usines Renault de productions supplémentaires pour les partenaires de l'alliance, Nissan ou Daimler. Un tel partage en Europe est actuellement limité aux véhicules utilitaires, Renault produisant pour Daimler le Mercedes Citan dans son usine de Maubeuge (Nord) et pour Nissan le fourgon NV400 sur son site de Batilly (Moselle).

65 millions d'euros économisés par an

Le groupe voit également dans cette réforme du temps de travail une source d'économie estimée autour de 65 millions d'euros par an et un moyen de faciliter le nouveau dispositif de mobilité géographique entre ses sites qu'il espère mettre en place pour s'ajuster aux aléas de la demande.

La question d'une éventuelle contrepartie salariale à un tel allongement du temps de travail sera abordée au cours d'une séance de négociations ultérieure, a précisé la porte-parole. Le prochain rendez-vous est fixé au 15 janvier. La direction espère parvenir d'ici la fin du mois à un accord nécessaire, selon elle, à la pérennisation des usines françaises du groupe.

Avec Reuters

0 Commentaire

Renault propose d'harmoniser le temps de travail dans ses usines

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Social

A Flins, Arnaud Montebourg et Carlos Ghosn assurent le service après-vente de l’accord compétitivité de Renault

Constructeurs

Douai veut être parmi les usines les plus compétitives de Renault

Auto

Renault, un "retour industriel" tout relatif...

Social

Fumée blanche chez Renault, les syndicats signent l'accord compétitivité

Social

Accord compétitivité : Carlos Ghosn confie qu'il n'avait pas de plan B

Social

L'accord compétitivité sera adopté dans la journée chez Renault

Éco - social

"L’accord Renault va favoriser une relocalisation massive de volumes de production", selon Arnaud Montebourg

Emploi

Renault tient son accord de compétitivité

Social

Renault : l'accord compétitivité pourrait être signé dans la semaine

Social

Accord de compétitivité en vue chez Renault

Dirigeants

Pourquoi la proposition de Carlos Ghosn sur son salaire est très maladroite

Constructeurs

Plusieurs projets de partenaires à l’étude pour les usines françaises de Renault

La matinale de l'industrie

Renault donne des garanties à ses syndicats sur les volumes de production

Social

La CFDT de Renault refuse l'accord compétitivité de la direction en l'état actuel

Social

Renault : les syndicats exigent plus d’engagements sur les volumes

Auto

Renault-Nissan promet 4 milliards de synergies à l’horizon 2016

Social

Les négociations chez Renault piétinent

Social

"Renault reste un laboratoire social, mais le curseur a changé", selon Bernard Vivier

La matinale de l'industrie

Renault sait-il encore faire des voitures à vivre ?

Auto

Concernant Renault, Arnaud Montebourg rêve...

Editorial

Renault et son drôle de chômage compétitif

Emploi

Renault prend ses distances avec l’accord national sur l’emploi

Auto

Le gouvernement rappelle à Renault les "lignes rouges" à ne pas franchir

Auto

Renault promet 80 000 véhicules supplémentaires par an à ses usines françaises

Social

Renault : 7 500 suppressions d'emplois en France d'ici 2016

La matinale de l'industrie

Depuis quatre mois, Renault monte en pression

Social

Accord compétitivité : Renault veut solder ses comptes épargne temps

Auto

Renault insiste sur la flexibilité

Auto

Renault mène aussi des négociations compétitivité en Espagne

Investissements industriels

Compétitivité : Renault veut aller vite

Les Assises de l'industrie

Carlos Tavares : "Renault veut des sites français au niveau de ses meilleurs sites européens"

Tout le dossier

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 25/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS