Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Renault produira 100 000 Fiat Scudo à Sandouville

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Reportage En marge de l'inauguration de la ligne du nouveau Trafic, Carlos Ghosn a confirmé que le Fiat Scudo sera bien produit sur le site de Sandouville à partir du second trimestre 2016. Au total, l'usine Renault produira 100 000 véhicules pour Fiat entre 2016 et 2022.

Renault produira 100 000 Fiat Scudo à Sandouville © D.R.

Mardi 30 septembre, sur la ligne de production de l'utilitaire Trafic de l'usine de Sandouville (Seine-Maritime), Carlos Ghosn a le sourire : "On s'approchera des 100 000 véhicules par an". Il vient en effet d'annoncer que les objectifs de commande de la nouvelle génération du Trafic sont plus élevées que les prévisions, mais surtout que Sandouville produira dès le second semestre 2016 l'utilitaire moyen de Fiat, le Scudo, et celui d'Opel, le Vivaro, en version haute. Ce sont 100 000 Fiat Scudo qui sortiront ainsi du site haut-normand entre la fin 2016 et 2022.

Fleuron industriel

"C'est un signe positif et encourageant pour notre industrie française. Nos usines peuvent être compétitives quand on travaille dans ce sens avec les partenaires sociaux. Sans l'accord de compétitivité, nous n'aurions pas accepté les contrats proposés par nos partenaires [Fiat et Opel, ndlr] car nous n'aurions pas gagné d'argent", a commenté Carlos Ghosn aux côtés du ministre de l'Economie Emmanuel Macron. "Sandouville a tout pour devenir notre 3e fleuron dans le véhicule utilitaire, à côté de Maubeuge et de Batilly", s'est félicité Carlos Ghosn.

"Quand de belles choses se passent, c'est important de venir les célébrer, a lancé le ministre. Ce site était un site d'inquiétude il y a quelques années, mais cette angoisse est devenue un nouveau projet, emblématique, a ajouté le ministre. Vous attendez d'avoir encore plus de partenaires extérieurs et plus de produits pour relocaliser encore plus. Ce site est l'illustration que les sites productifs français ont un avenir, mais surtout doivent avoir une ambition."

Passage à l'utilitaire

L'attribution des Fiat Scudo et Opel Vivaro à Sandouville encourage une usine en pleine phase de transition. Sandouville était auparavant l'usine de production du haut de gamme, de l'Espace et de la Laguna. Mais une baisse continue des ventes et les derniers modèles en date sans grand succès commercial ont amené Renault à revoir la charge de l'usine. En 2008, lors d'une visite avec Nicolas Sarkozy, alors président de la République, Carlos Ghosn avait annoncé l'attribution du Trafic comme un complément aux productions haut de gamme. Depuis le complément est devenu la production principale et le haut de gamme à été transféré à Douai (Nord).

La production de l'Espace s'arrêtera en effet mi octobre, celle de la Laguna en mai 2015. L'année dernière, seuls 7 500 Espace et 17 900 Laguna étaient sortis des chaînes, avec pour conséquence, beaucoup de jours chômés et le prêt de salariés à d'autres sites. 230 millions d'euros ont été investis à Sandouville depuis 2011 pour le transformer en usine d'utilitaires, plus moderne et performante. Carlos Ghosn a d'ailleurs laissé entendre que des productions supplémentaires pourraient encore venir s'ajouter au trio Renault/Fiat/Opel. La capacité maximale de Sandouville est de 150 000 véhicules par an en trois équipes.

Embauches

Derrière les volumes de production, la question était aussi à Sandouville celle de l'emploi. En période de transition, l'usine fait travailler de nombreux intérimaires. Des représentants de la CGT du site ont interpellé Carlos Ghosn sur de futures embauches pour assurer la production des 100 000 utilitaires par an toutes marques confondues. Une demande relayée également par une conseillère du ministre qui a demandé à Carlos Ghosn d'être plus clair sur de possibles embauches. "J'ai demandé que le maximum de postes d'intérimaires sur ce site soient transformés en CDI", a appuyé Emmanuel Macron. Mais aucun chiffre clair n'a été donné par Carlos Ghosn.

Cross-manufacturing

L’annonce de la production du Fiat Scudo à Sandouville s’ajoute à plusieurs autres ces derniers mois. Les modèles des partenaires du Français remplissent de plus en plus les usines de l’Hexagone. En 2016, 132 000 Nissan Micra seront ainsi produites à Flins (Yvelines), donnant au passage du travail à l’usine d’emboutissage du Mans. Le site de la Sarthe fabriquera en effet des composants pour le châssis de la citadine japonaise, 7 millions d’euros y seront investis.

A Dieppe (Seine-Maritime), ce sont des véhicules Bolloré qui voisineront avec les modèles sportifs à partir du second semestre 2015. A Maubeuge (Nord), l’utilitaire Mercedes Citan est fabriqué chez Renault, 17 687 l'année dernière. Il faut bien entendu ajouter à tous ces véhicules les moteurs et éléments mécaniques produits depuis plusieurs années déjà par Renault pour Nissan et Daimler. La même stratégie de cross-manufacturing se développe plus largement dans le monde. Le Nissan Rogue est par exemple produit dans une usine Renault-Samsung en Corée avant d'être exporté aux États-Unis.

Accord de compétitivité

Comme l'a rappelé Carlos Ghosn, cette stratégie de cross-manufacturing est directement liée en France à l’accord de compétitivité signé en mars 2013. Le constructeur français a amélioré la performance de ses usines en flexibilisant la production. 300 euros en moyenne auraient été gagnés sur la production d'un véhicule. En échange (entre autres) de concession sur le temps de travail et d’une modération salariale, la direction de Renault s’était engagé à ne pas fermer d’usine en France et à garantir d’ici à 2016 la production de 710 000 véhicules par an dans le pays, contre 530 000 en 2012 et seulement 505 908 en 2013 ! Comme les succès de la marque au Losange ne sont pas fabriqués dans l’Hexagone (le Captur est assemblé à Valladolid en Espagne, la Clio en grande partie à Bursa en Turquie), le cross-manufacturing permet de tenir les engagements de Carlos Ghosn, dont la signature figure en bas de l'accord de compétitivité en question.

Pauline Ducamp, à Sandouville

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus