Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault prévoit un doublement de l'autonomie de la Zoé à horizon 2020

, , , ,

Publié le

Au Mondial de l'automobile, Renault se félicite du vent nouveau qui souffle sur le marché du véhicule électrique avec des incitations fiscales confirmées sur les prochaines années et un réseau de bornes de recharge qui monte (enfin) en puissance. Avec le décollage des ventes, les fabricants de batteries investissent désormais massivement dans le développement de nouvelles technologies : d'après le directeur commercial des ventes électriques de Renault, l'autonomie de la Zoé sera doublée avant 2020 pour atteindre au moins 300 kilomètres.

Renault prévoit un doublement de l'autonomie de la Zoé à horizon 2020 © Renault

Renault croit plus que jamais au succès du véhicule électrique. Si son stand de cette édition 2014 du Mondial de l'automobile fait logiquement la part belle au nouvel Espace et à la nouvelle Twingo, la petite Zoé reste exposée au grand public, quatre ans après avoir été présentée en version quasi définitive... lors de l'édition 2010 du Mondial ! Il faut dire qu'après un démarrage poussif des ventes suite à son lancement en mars 2013, l'avenir de la citadine 100% électrique n'est pas pour autant compromis... bien au contraire !

Un superbonus portant à 10 000 euros le financement d'un véhicule électrique

La veille de l'ouverture du Mondial, mercredi 1er octobre, Bercy a en effet annoncé la mise en place d'un "superbonus" à partir de la mi-2015. Il s'agira d'une prime à la conversion s'appliquant aux véhicules diesel de plus de 13 ans dans "les zones urbaines agissant contre la pollution de l'atmosphère".

Avec cette mesure qui concerne potentiellement 1,1 million de véhicules, le bonus à l'achat d'une voiture électrique atteindra 10 000 euros. "C'est une très bonne nouvelle qui vient s'ajouter à l'annonce cet été du prolongement du bonus de 6 300 euros au moins jusqu'à fin 2015", réagit Vincent Carré, directeur commercial des ventes électriques de Renault.

Un déploiement accéléré du nombre de points de charge

L'autre point positif concerne l'augmentation du nombre de bornes. L'Etat vient en effet d'annoncer le déploiement de 16 000 nouvelles bornes par le groupe Bolloré au cours des quatre prochaines années, complétant le dispositif actuel composé de 14 000 points de charge actuellement. "Pour nous, dans un premier temps, l'optimum se situe entre 25 000 et 30 000 bornes", indique Vincent Carré. Il se réjouit par ailleurs du projet Corridor, porté par EDF avec le soutien financier de Bruxelles et visant à équiper en bornes de recharge rapide les principaux axes autoroutiers avec des emplacements réservés tous les 50-60 kilomètres dans les deux sens de circulation.

"Pour nous, l'enjeu est de permettre aux utilisateurs de Zoé de pouvoir faire non pas un Paris-Lyon ou un Paris-Marseille mais plutôt un Paris-Deauville ou un Paris-Lille, des trajets de moyenne distance pour un usage le week-end par exemple", explique Vincent Carré. Autre signal positif : 80% des grands supermarchés français équipés d'ici la fin 2015. "Toutes ces mesures contribueront à faire de la France un des pays leaders de l'électrique dans le monde", souligne le responsable de Renault.

Une autonomie doublée avant 2020

Dans ce contexte favorable et avec 20 nouveaux modèles de véhicules électriques prévus d'ici 2018, les fabricants de batteries investissement désormais massivement en recherce et développement. Pour Vincent Carré, tout s'accélère plus vite que prévu "une véritable course est engagée et nous allons au moins doubler l'autonomie de la Zoé avant 2020", soit un passage de 150 à 300 kilomètres.

En effet, grâce au système de location de batteries, les propriétaires actuels et futurs de Zoé pourront bénéficier d'une "mise à jour" de leur batterie, qui devrait se traduire par une augmentation de leur loyer même si rien n'est encore décidé. Une perspective qui conforte Renault dans son choix de la location, l'acheteur de véhicule électrique ne craignant pas de voir son véhicule considérablement déprécié avec les progrès enregistrés en termes d'autonomie.

Montée en puissance industrielle

L'autre enjeu majeur pour Renault est de baisser ses coûts de production de véhicules électriques pour les ramener au niveau du thermique, un objectif mis en avant par François Hollande lors de sa visite sur le salon de l'auto vendredi 3 octobre. "L'alliance Renault-Nissan produit actuellement 110 000 véhicules électriques par an dans huit usines, on est donc sorti du marché de niche pour entrer dans la production de masse. Pour qu'on commence à avoir des coûts comparables au thermique, il faudrait qu'on atteigne entre 350 000 et 400 000 unités, détaille Vincent Carré. Notre objectif à court terme n'est pas la profitabilité, c'est pour cela que nous avons besoin de l'accompagnement de l'Etat pour transformer le marché, mais nous devons être prêts à être compétitifs quand ces incitations s'arrêteront'.

"Tesla fait beaucoup de bien à ce marché"

Avec une autonomie plus importante, un réseau de points de charge densifié et des prix en baisse, la voiture électrique aura en tout cas franchi trois obstacles majeurs, qui empêchaient jusqu'ici son développement. Pour Vincent Carré, un acteur comme Tesla permet en tout cas de briser certains clichés sur le véhicule électrique. Les berlines haut de gamme de la marque américaine attirent en effet de nombreux curieux sur son stand du Mondial.

"Tesla fait beaucoup de bien à ce marché en réussissant en termes de volume et en challengeant tout le monde sur les batteries. Pour nous c'est une aide, car c'est une start-up avec une communication très agressive et qui démontre que l'électrique peut marcher", analyse-t-il. Et contrairement aux allemands Audi, BMW et Mercedes, Renault ne voit pas en Tesla un concurrent direct. Avec une Model S facturée environ 100 000 euros en Europe, Zoé reste une solution bien plus accessible et donc propice au développement d'un marché de masse.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/10/2014 - 19h47 -

Il faudra toujours charger la batterie. Si on n'augmente ni le voltage ni l'amperage du chargeur alors il faudra 2 fois plus de temps pour la charge. Solution : passer minimum au 380v au compteur et prévoir des prises d'au moins 32 voire 64 ampères. Mais est ce EDF suivra ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle