Renault prend son mal en patience sur le véhicule électrique

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a reconnu que le marché du véhicule électrique mettait plus de temps que prévu à décoller. Les alliances avec Bolloré puis avec Mitsubishi marquent un changement de stratégie chez le constructeur français.

Partager
Renault prend son mal en patience sur le véhicule électrique

"Sur le véhicule électrique, Renault ne change pas d’objectif. Là où nous proposons des véhicules électriques, le potentiel du marché est de 10%", martelait en février Carlos Ghosn, lors des résultats annuels de Renault. Mais neuf mois plus tard, le PDG de l’Alliance Renault-Nissan a du se rendre à l’évidence. En dehors de quelques exceptions en Californie ou dans le Nord de l’Europe, le marché mondial du véhicule particulier électrique ne décolle toujours pas. En France, 1058 véhicules électriques seulement ont été immatriculés en octobre, dont 503 Renault ZOE et 198 Nissan Leaf. Dans les colonnes du Financial Times, Carlos Ghosn a donc reconnu mardi 12 novembre que Renault et Nissan n’atteindraient pas les 1,5 million de véhicules électriques vendus en 2016. "Au rythme actuel, je nous vois atteindre cet objectif quatre ou cinq ans plus tard".

Un coup d’arrêt avoué dès février

Cet aveu sanctionne une année d’infléchissement dans la stratégie électrique du Français. Car dès février, entre les lignes, Carlos Ghosn avait laissé entendre que le pari de l’Alliance sur l’électrique ne serait pas gagné si facilement. "Nous sommes déçus par les ventes de véhicules électriques car nous croyons à son potentiel. Mais ce n’est pas une déception passive, elle nous pousse à l’action : il faut continuer à baisser les coûts et faire du lobbying pour l’implantation de bornes", avait-il alors évoqué. L’arrêt du partenariat avec Better Place, suivi de la faillite de l’Israélien, et la confirmation que Nissan n’installerait pas d’usine de batteries à Flins (Yvelines) au printemps ont confirmé les hésitations formulées par Carlos Ghosn. Le patron de l’Alliance a alors réagi en cherchant ce qui manquait à son modèle de véhicule électrique.

Partage de technologies et de services

Carlos Ghosn a d’abord scellé mi septembre un accord avec Bolloré. Renault a cherché ici à développer le volet services du véhicule zéro émission. Le modèle de flotte d’autopartage de Bolloré s’est révélé payant et son système de monitoring GPS des véhicules intéresse tout l’industrie. Si Renault avait intégré les ventes aux entreprises dans son business-model, les particuliers étaient la première cible de la marque au losange. Avec ce partenariat, Renault pourrait ainsi devenir opérateur avec Bolloré de système d’autopartage à l’étranger, intégrant des ZOE au côté des BlueCar. Les batteries, spécialité de Bolloré, ne font cependant pas partie du deal.

Carlos Ghosn a aussi étendu la coopération de plus de dix ans entre Nissan et Mitsubishi à Renault. Le Japonais fait partie des constructeurs pionniers dans le véhicule électrique, l’une de ses deux spécialités à côté du 4X4. Cette coopération renforcée doit permettre à Renault de partager les coûts de développement de futurs véhicules tout en bénéficiant de l’expérience du Japonais. Renault a dépensé 4 milliards d’euros dans le développement de sa gamme, une somme que le groupe rentabilisera bien plus tard que prévu.

Pauline Ducamp

0 Commentaire

Renault prend son mal en patience sur le véhicule électrique

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS