Economie

Renault : "pas de chantage possible à la fermeture de site", selon Montebourg

Astrid Gouzik , , ,

Publié le

Interrogé sur France 2, lors de l’émission des Paroles et des actes, Arnaud Montebourg a passé en revue les sujets industriels brûlants. Au menu : Renault, ArcelorMittal, et la fortune belge de Bernard Arnault.

Renault : pas de chantage possible à la fermeture de site, selon Montebourg © France 2 - Capture TV

Le ministre du Redressement productif a été catégorique, jeudi 24 janvier. "Il n'est pas possible qu'il y ait des fermetures de sites (...) Renault, dans le plan automobile que j'ai présenté au nom du gouvernement au mois de juillet, a pris l'engagement de ne fermer aucune site", a déclaré Arnault Montebourg sur France 2.

En effet, fin juillet 2012, le gouvernement a présenté un plan de soutien à la filière automobile. Les constructeurs s’y étaient engagés à maintenir leurs sites en France.

"Il n'est pas possible qu'il y ait le moindre chantage à la fermeture de site", a insisté le ministre, tentant ainsi de faire taire la polémique née d’un document remis aux syndicats lors d’une réunion mardi dernier. Dans ce document que s’est procuré L’Usine Nouvelle, il est précisé que le constructeur automobile pourrait fermer des sites en France si aucun accord n'était trouvé sur la compétitivité. Le constructeur a aussitôt solidement démenti vouloir faire du chantage.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte