Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Renault-Nissan: Macron appelle à développer synergies et alliances

Publié le

TOKYO (Reuters) - Au premier jour de sa visite au Japon, Emmanuel Macron a appelé mercredi à préserver l'alliance Renault-Nissan et à développer les synergies et les alliances "pour la rendre plus forte" face à la concurrence internationale.

Renault-Nissan: Macron appelle à développer synergies et alliances
Au premier jour de sa visite au Japon, Emmanuel Macron a appelé mercredi à préserver l'alliance Renault-Nissan et à développer les synergies et les alliances "pour la rendre plus forte" face à la concurrence internationale. /Photo prise le 21 juin 2019/REUTERS/Piroschka van de Wouw
© Piroschka Van De Wouw

"L'alliance Renault-Nissan est évidemment un fleuron auquel nous tenons beaucoup", a dit le chef de l'Etat français lors d'un discours devant la communauté française à la résidence de France, à Tokyo.

"Je souhaite que tout le monde y soit pleinement engagé", a-t-il ajouté à quelques heures de sa rencontre bilatérale avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. "Pour les salariés du groupe, qu'ils soient japonais ou français, ils tiennent à cette histoire industrielle, à ce qu'elle a apporté à nos deux pays".

"Je crois qu'ils se souviennent tous du fait que c'est une grande entreprise française qui a sauvé cette entreprise japonaise avec le respect des traditions et des équilibres et qu'on a constitué ainsi un géant et une force qu'il nous faut non seulement préserver mais dont il faut développer les synergies et les alliances, dans tous les sens du terme, pour la rendre plus forte face à la concurrence internationale", a-t-il poursuivi. "C'est ensemble que nous devons le faire".

L'alliance automobile franco-japonaise, qui fête cette année ses vingt ans d'existence, a été ébranlée par la disgrâce de son architecte Carlos Ghosn. Un projet de fusion entre Renault et Fiat a échoué début juin sur fond de tensions entre le groupe au losange, dont l'Etat français est le principal actionnaire, et Nissan, dont Renault détient 43,4% du capital.

(Christopher Gallahger, avec Marine Pennetier à Paris, édité par Gilles Guillaume)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle