Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault-Nissan laisserait les rênes d'Avtovaz au Russe

Pauline Ducamp , , ,

Publié le , mis à jour le 25/06/2014 À 21H49

L’Alliance Renault-Nissan a finalisé la prise de 67% de la coentreprise qui détient le constructeur russe Avtovaz. Mais ce dernier entend rester maître de sa stratégie comme de ses achats.

Renault-Nissan laisserait les rênes d'Avtovaz au Russe © DR

[Actualisation - 19h30] : Renault-Nissan nous indique que la montée au capital de l’Alliance à hauteur de 67,13% de Rostec Auto BV, coentreprise détenant les activités d'Avtovaz, a été finalisée ce 25 juin. Une structure commune en charge de superviser les achats de Renault, de Nissan et d’Avtovaz en Russie baptisée CPO (Common Purchasing Organization LLC) et détenue à parité par Avtovaz et RNPO (Renault-Nissan Purchasing Organization) avait déjà été créée en septembre 2013.

Alors que la production de la Logan dans l’usine géante de Togliatti, à environ 1000 kilomètres à l’est de Moscou, vient tout juste de débuter, la prise de contrôle d’Avtovaz par Renault-Nissan semble patiner. Avant la fin juin, le duo franco-japonais devait en effet monter à 67,13% de Rostec Auto BV. Cette coentreprise, créée en 2008 avec le groupe public Russian Technologies, regroupe les activités d’Avtovaz et doit faciliter le lancement de voitures comme le transfert de technologies. "La prise de participation finale est en cours de finalisation, mais nous sommes en retard sur le calendrier, explique une source en interne. Ce sera plus vraisemblablement bouclé d’ici à la fin de l’année".

Sans les Français, ni les Japonais

Mais derrière les aléas de calendrier, Avtovaz serait en train de reprendre le contrôle. Le constructeur russe aurait convaincu Renault-Nissan de lui laisser diriger ses opérations en Russie, notamment les achats. Ce ne serait plus Renault-Nissan Purchasing Organisation (RNPO) mais une nouvelle structure, Avtovaz Renault Nissan Purchasing Organisation (ARNPO) qui gérerait les achats sur tout le territoire. La stratégie d’Avtovaz, et donc de sa marque phare Lada, resterait aussi définie par les Russes. "Les Français comme les Japonais qui travaillent actuellement sur le projet russe avec Avtovaz sont en train d’être remplacés par des gens venus de Tata et de GM", explique une source bien informée. Dans le montage financier prévu, Russian Technologies sera de toute façon, à terme, actionnaire de 32,87% de Rostec.

Marché russe en difficulté

Renault-Nissan, actionnaire majoritaire, laisserait le contrôle des opérations à Avtovaz pour l’aider à se redresser dans une période ou il souffre fortement de la chute du marché russe, qui a reculé de 5% en 2013. Une tendance qui se poursuit cette année. Bo Andersson, le directeur général d’Avtovaz, a même estimé fin mai que le marché pourrait reculer de 20% en 2014. En 2013, Avtovaz a enregistré 6,9 milliards de roubles (149 millions d’euros) de pertes. En conséquence, le constructeur russe prévoit une réduction de ses effectifs : 13 000 personnes devraient être licenciées cette année, en majorité à Togliatti. En gardant le contrôle sur les décisions stratégiques, Avtovaz assurerait pouvoir se redresser plus vite. Un discours qui semble-t-il a été entendu par Carlos Ghosn, patron de l’Alliance et de Rostec.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus