Renault ne recrute pas mais continue de faire de l’œil aux jeunes

Le DRH du constructeur automobile ne veut pas qu’un arrêt "conjoncturel" des recrutements mette en péril l’arrivée des futurs talents dont l’entreprise aura bientôt besoin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault ne recrute pas mais continue de faire de l’œil aux jeunes

Difficile de prétendre attirer des talents quand on vient d’annoncer plus de 8 000 suppressions de postes… Pourtant, selon la direction des ressources humaines de Renault, les jeunes ingénieurs continuent de postuler. "Parce que les carrières sont internationales, parce qu’il y a de l’innovation, et parce qu’ils sont passionnés par l’automobile", explique Sophie Labbey, responsable de la politique "jeunes" au sein de la DRH de Renault.

Les recrutements, déjà faibles en 2012 - 200 contre 1000 en 2011 - se limitent à une trentaine de cas depuis le début de l’année. "Il ne faut pas confondre un fort ralentissement conjoncturel avec les besoins structurels de l’entreprise, explique Jean Agulhon, DRH France. Au-delà des deux années difficiles qu’on traverse, il faudra bien renouveler les départs de certains de nos salariés. Si nous ne recrutons pas en ce moment, nous espérons le faire très vite." D’ailleurs, dans l’accord de compétitivité signé en mars par trois syndicats sur quatre, il est prévu 760 recrutements, sur des compétences critiques, en fin de période d’application de l’accord, vers 2016. Elles ne sont pas encore identifiées, et feront l’objet d’une négociation le moment venu.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Renault continue de recruter des alternants

En attendant, Renault veut préparer l’avenir et éviter que les futurs diplômés ne se détournent de ses métiers. Le constructeur continue donc de faire du charme aux jeunes : découverte des métiers de l’automobile pour les moins de 18 ans et les filles, soutien à la diversité, avec plusieurs dispositifs en direction des jeunes issus de milieux défavorisés, travaux sur projet avec des élèves de collèges et lycées, épaulés par ceux d’IUT et écoles d’ingénieurs.

Surtout, Renault poursuit ses efforts en faveur de l’apprentissage : 2 000 alternants étaient accueillis fin 2012, soit 4,8% des effectifs, l’objectif est d’arriver à 5% fin 2013. Pas question de les embaucher, mais Renault veut continuer à les former. Quitte à les laisser partir ailleurs. "Nous avons intérêt à maintenir l’attractivité de nos carrières pour nos fournisseurs, explique Jean Agulhon. Notre intérêt est aussi qu’ils montent en qualité." Renault, PSA et la Plate-forme de la filière automobile (PFA), veulent mettre en place pour 2014 ce qui existe dans l’aéronautique : des parcours d’alternants, formés par la grande entreprise, qui en a les moyens, puis recrutés par ses fournisseurs. A décliner territorialement, en fonction des besoins des sous-traitants.

"Pour maintenir le niveau de production auquel on s’est engagé, conclut Jean Agulhon, il faut que la France continue à former, et que Renault continue à animer ces filières de formation."

Cécile Maillard

Contrats de génération : les négociations n’ont pas commencé
Dans le cadre de l’instauration des contrats de génération, les entreprises de plus de 300 salariés sont tenues de signer un accord d’entreprise – ou de présenter un plan d’action – indiquant comment elles souhaitent développer l’emploi des jeunes et maintenir les seniors, avant le 30 septembre 2013. "Toutes les briques d’un futur accord existent dans une série d’autres accords, précise Jean Agulhon, plan sénior, transferts de compétences, retour des salariés dispensés d’activité à des fins de tutorat… Il nous faudra juste un peu d’ingénierie pour trouver un nouveau texte. Nous le ferons quand la mise en œuvre de l’accord de compétitivité sera plus avancée." Le texte doit également donner des objectifs chiffrés d’emploi de jeunes et de seniors. Le DRH espère bien aboutir à un texte avant la date limite. Sinon, il expose son entreprise à des sanctions financières à hauteur de 1% de la masse salariale.

 

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS