L'Usine Auto

Renault : Michel Balthazard contre-attaque

Publié le

Après l’interview du numéro deux du groupe, Patrick Pélata, c’est au tour d’un des cadres mis en cause d’exprimer ses vœux dans la presse.

Renault : Michel Balthazard contre-attaque © Jean-Pierre Lamarque - Renault

Sommaire du dossier

« Je veux que l’entreprise reconnaisse publiquement mon innocence, assure Michel Balthazard, ancien cadre supérieur chez Renault et membre du comité de direction. La direction générale doit prendre ses responsabilités ». 

Dans un entretien au Figaro, il revient sur toute l’affaire et notamment sur le fait qu’il n’a rient fait : « je n’ai jamais commis le moindre délit, la moindre faute vis-à-vis de Renault », assure le cadre ayant effectué 33 ans de carrière chez Renault. 

Au sujet de l’enquête en cours et de sa mise à pied, il assure que le groupe ne lui a pas transmis la moindre information : « je découvrais tout par la presse ». Il reconnaît avoir été « entendu à deux reprises par les policiers pour confirmer la plainte déposée par ses avocats pour dénonciation calomnieuse suite à la lettre anonyme ». Pour autant, il assure ne pas avoir été convoqué par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Il ajoute qu’il entend demander réparation au constructeur, notamment sous forme de compensation financière à la « hauteur de l’épouvantable préjudice subi ». Pour autant, il refuse d’être réintégré dans la société : « Retravailler dans ce cadre-là, avec des gens qui ont affirmé leur conviction que j’étais coupable m’est tout simplement inimaginable ».

Cet entretien intervient quelques jours avant ce qui pourrait être un tournant dans l’enquête, en faveur ou non du constructeur. La Suisse et le Liechtenstein doivent révéler l’existence ou non de comptes bancaires détenus par les trois cadres mis en cause par l’enquête interne de Renault.


 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

07/03/2011 - 10h30 -

C'est bien la première fois qu'un des cadres expose la suite à venir...le printemps va être très chaud...très très chaud pour Mr Pelata...ça va lui faire tout drôle de se sentir ...exclu de la sainte maison(:-))
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte