Renault: L'Airbus des batteries doit être économiquement solide

PARIS (Reuters) - Renault est prêt à participer à la création d'une filière européenne de batteries électriques mais à condition que l'équation économique du projet soit viable.
Partager
Renault: L'Airbus des batteries doit être économiquement solide
Renault est prêt à participer à la création d'une filière européenne de batteries électriques mais à condition que l'équation économique du projet soit viable. /Photo prise le 12 juin 2019/REUTERS/Régis Duvignau

L'Union européenne a dévoilé fin 2017 une initiative surnommée "Airbus des batteries" visant à reprendre la main sur une technologie où l'Asie est actuellement en situation de quasi-monopole.

"Nous y sommes favorables (et) il s'agit simplement qu'on se mette autour de la table pour qu'on comprenne où il y a un plan économique qui tient la route. Il faut que cela fasse du sens économique", a déclaré Jean-Dominique Senard, président de Renault, au cours d'une audition de la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

La veille, cette fois au Sénat, le directeur général de Renault Thierry Bolloré avait précisé que la participation de Renault pourrait prendre la forme d'un investissement financier.

Un sommet de l'alliance de la batterie est programmé jeudi à Bruxelles. Il existe actuellement deux projets de consortiums européens, un autour de Saft, Siemens et PSA notamment, un autre entre l'Allemagne et huit autre pays européens autour de BMWG, BASF et Varta principalement.

Le suédois Northvolt et l'allemand Volkswagen travaillent également de leur côté sur un projet de batterie.

"Nous avons perdu une grande bataille (et) je n'imagine pas que l'Europe reprenne un semblant de souveraineté dans ce domaine, sauf à favoriser massivement la recherche sur le sujet pour que nous puissions très vite atteindre les nouvelles générations de batteries", a-t-il ajouté.

Pour gagner en coût et en densité énergétique sur les actuelles batteries au lithium-ion, les chercheurs travaillent sur des cathodes moins riches en cobalt ainsi que sur des batteries à électrolyte solide, et non plus liquide.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS