L'Usine Auto

Renault fait revivre l'Alpine

Pauline Ducamp ,

Publié le

Vidéo Le constructeur au Losange a présenté sur le circuit de Monaco vendredi 25 mai le concept Alpine A-110-50, son concept hommage à la mythique A110. Une vidéo des premiers essais sur circuit est aussi disponible sur le Web, et sur L'Usine Nouvelle...

 

Lignes arrondies, bleu électrique, larges entrées d'air, l'Alpine version 2012 n'est pas qu'un simple coup d'œil amical dans le rétro, pour fêter le demi-siècle de l'A110. Le concept Alpine A-110-50 s'inscrit clairement dans le futur de Renault, notamment côté design. L'A 110-50 dérive tout droit du DeZir, le manifeste stylistique du designer de Renault Laurens van den Acker.

Yann Jarsalle, designer et Axel Breun,  directeur Concept et Show Cars chez Renault Design ont ainsi repris les lignes arrondies, le Losange grande taille au milieu de la calandre tout en jouant sur le côté berlinette de l'A-110 historique. Le tout sert aussi les aspirations de retour au haut de gamme de Renault : le Français sait encore dessiner des voitures à émotion.

L'émotion et la passion doivent être les moteurs de ce modèle, souffle-t-on chez les passionnés d'Alpine. Les caractéristiques techniques du bolide devraient sans trop de mal les convaincre. L'Alpine A-110-50 est une vraie sportive, basée sur la Mégane Trophy. Le châssis tubulaire a été modifié et le constructeur souligne le travail de prestataires extérieurs : Tork Engineering pour l'arceau et le compartiment moteur, Koller et Etud Integral pour les études numériques et Protostyle pour l'assemblage final.

Si elle emprunte à la Mégane Trophy, l'Alpine A-110-50 utilise également des technologies issues de la Formule 1. Les calculs aérodynamiques ont ainsi été réalisés avec le Computational Fluid Dynamic, une techno qui se retrouve dans la discipline reine.

Sous le capot, le constructeur au Losange a fait le choix d'une motorisation thermique, un puissant V6 3.5 de 400 chevaux, associé à une boite séquentielle semi-automatique à 6 rapports et à un calculateur Magneti-Marelli.

Renault n'aurait pas pour le moment pris de décision quant à une commercialisation de série. "Nous étudions le business-model" précise un porte-parole du constructeur. Le retour du nom Alpine sur la route n'est pas impossible. Tout d'abord, le directeur général délégué aux opérations de Renault Carlos Tavares porte le projet avec passion. La niche commerciale pour un tel modèle existe. "Les Anglais, les Américains ou les Japonais arrivent très bien à faire ce genre de modèle, pourquoi pas nous ? Une Alpine se vendra d'ailleurs très bien à l'étranger", précise Alain Bienvenue, journaliste spécialiste des voitures anciennes.

Les amateurs restent cependant prudents, après le précédent Gordini. Renault a récemment remis au goût du jour cette autre griffe célèbre, mais sans vraiment s'en donner les moyens. "Citroën a très bien su ravivé le passé avec DS, Renault a plus de mal à le faire, analyse Alain Bienvenue. Les voitures Gordini se sont mal vendues car elles n'apportaient rien. C'était du tuning de supermarché, fait par un grand constructeur".

L'Alpine A-110-50 en vidéos


 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte