Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault et PSA maîtres en leur royaume

,

Publié le

Renault et PSA maîtres en leur royaume
Le nouveau SUV 3008 de Peugeot, produit à Sochaux, rencontre un véritable succès.

Lannée 2017 ? Un bon cru pour le secteur automobile en France. Les chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) en témoignent. L’année passée, les immatriculations de véhicules particuliers neufs dans l’Hexagone ont progressé de 4,7 %, à 2,1 millions d’unités (un total qui grimpe à plus de 2,5 millions en intégrant les véhicules utilitaires). La hausse entamée depuis deux ans se poursuit. De quoi permettre de renouer avec le seuil des 2 millions de véhicules particuliers (VP) immatriculés annuellement en France [voir l’infographie ci-contre].

Et s’il y a bien des acteurs qui profitent de cette dynamique, ce sont Renault et PSA. Quand les ventes des constructeurs étrangers ont progressé de 2,4 %, la paire tricolore a enregistré une hausse de ses ventes de 6,7 % en 2017. Pour le groupe au lion, les immatriculations en chute et la quasi-faillite de 2012 semblent désormais un lointain souvenir. Avec ses quatre marques – Peugeot, Citroën, DS et Opel –, PSA a enregistré un bond de 10,3 % sur le segment des VP en 2017. Le groupe profite évidemment de l’intégration des véhicules vendus par sa nouvelle marque, Opel. Mais c’est surtout Peugeot qui pousse les ventes en France sur la période, avec une hausse de 9,2 % sur le créneau des VP (366 872 unités immatriculées en 2017). À côté de ses classiques comme la 208, Peugeot profite du succès rencontré par les SUV en France – la gamme SUV a représenté 7,6 % du marché avec plus de 161 000 véhicules immatriculés en 2017. L’offre développée par le constructeur a su rencontrer son public, puisque les 3008 et 2008 font partie des véhicules les plus populaires en 2017. Conséquence : l’usine de Sochaux (Doubs) tourne à plein. À tel point qu’elle pourrait produire plus de 500 000 véhicules en 2018. Un record. De quoi couvrir les besoins en 3008, mais aussi assurer la production du GrandLand X d’Opel. Pour y parvenir, le site historique de PSA fait l’objet d’une modernisation à hauteur de 200 millions d’euros, et multiplie le recours aux intérimaires. Le groupe continue de réduire ses coûts et sa masse salariale (avec des plans de départs volontaires), même s’il a recommencé à embaucher.

Des investissements et des embauches

L’usine de Mulhouse (Haut-Rhin), qui gère la production de la 2008, aura bénéficié de 300 millions d’euros d’investissements entre 2014 et 2020. Une manière de se mettre aux standards du premium, afin d’assurer la fabrication du SUV DS7 Crossback, dont les premiers exemplaires doivent être livrés au début de l’année. PSA mise gros sur ce véhicule. Il pourrait en effet lui permettre d’inverser la piètre performance de DS, sa marque premium, qui a enregistré une chute des immatriculations de 24,1 % l’année passée, liée au vieillissement de ses modèles.

Si PSA affiche la progression la plus forte, l’heure est également à la satisfaction chez Renault. Le groupe au losange bénéficie d’une hausse de 3,4 % de ses ventes, à 673 869 unités. Le constructeur profite de la popularité de ses véhicules à bas coûts badgés Dacia, et notamment de la Sandero. Plus confidentielle, la Renault Zoé électrique poursuit toutefois son chemin avec 15 245 exemplaires immatriculés au cours de l’année dernière. À tel point que Carlos Ghosn reconnaissait en octobre avoir été un peu surpris par la brusque accélération des ventes des voitures électriques. Pour répondre au manque de moteurs, Renault-Cléon (Seine-Maritime) a annoncé 100 embauches en CDI supplémentaires, qui s’ajoutent aux 200 annoncées plus tôt en 2017. De quoi venir renforcer les équipes dédiées à la production de blocs électriques.

Côté constructeurs étrangers, Toyota a vendu 31 415 exemplaires de sa Yaris, produite à Onnaing (Nord), non loin de Valenciennes. Le site a bénéficié d’un investissement de 90 millions d’euros afin de s’adapter aux exigences de la troisième génération de ce véhicule, lancé à la veille des années 2000. Portée par l’évolution de la demande en faveur de l’essence et des solutions alternatives comme l’hybride, l’usine ambitionne de produire 300 000 véhicules d’ici à 2020. Et veut convaincre sa maison mère japonaise de produire un deuxième véhicule sur place. 

Le diesel en chute

Pour la première fois depuis 2000, la part du diesel dans les immatriculations de véhicules particuliers neufs est passée sous le seuil des 50 % en France. En 2017, 47,29 % des nouvelles voitures immatriculées roulaient au gazole contre 73 % il y a encore six ans. Une chute qui s’explique par les menaces d’interdiction du diesel dans certaines villes, comme à Paris, qui a fixé l’échéance à 2024. La fiscalité du diesel et de l’essence fait par ailleurs l’objet d’un alignement progressif. Autre interrogation pour les acheteurs : quelle sera la valeur du véhicule à la revente ? Autant de facteurs qui ont poussé les ventes d’essence (47,58 % des immatriculations en 2017). En conséquence, les constructeurs français transforment leur outil de production. Au sein de l’usine de moteurs Renault à Cléon (Seine-Maritime), on explique avoir mis en place un outil flexible, capable de produire des pièces pour les moteurs diesel et essence. Chez PSA, le virage de la demande a pu être absorbé en important autour de 150 000 moteurs essence de Chine. Une solution d’urgence qui laissera la place à la production conjointe de l’usine de Douvrin (Pas-de-Calais) et de celle de Trémery (Moselle) des moteurs essence trois cylindres 1,2 litre turbo PureTech. Une ligne de production a démarré à Trémery pour doubler la capacité de production de ce moteur à 700 000 unités.

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus