Renault et Peugeot font marche arrière à la Bourse de Paris

Les titres des deux constructeurs automobiles français ont accusé un repli, le 16 septembre, en raison de la perte de vitesse de leurs ventes ces derniers mois et du pessimisme des professionnels du secteur quand au marché pendant de dernier quadrimestre 2010.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Renault et Peugeot font marche arrière à la Bourse de Paris

Les titres en bourse des deux constructeurs automobiles français ont été égratignés, conjointement, par les inquiétudes du marché, non seulement quant à leur avenir mais aussi quant à l’évolution du secteur automobile. Le jeudi 16 septembre, le titre Peugeot a fait marche arrière de 2,08 % , passant à 23,77, tandis que celui de Renault a reculé de 1,46 %, à 35,87 %. Le contexte était peu porteur puisque le marché avait fléchi de 0,23 %.

Les analystes de HSBC ont même revu à la baisse leur recommandation sur le titre Renault. Auparavant étiqueté «neutre», il s’est vu gratifié de «sous pondéré ». Il se peut que la cause de cet affaiblissement des positions des deux constructeurs à la Bourse soit en grande partie la suivante : d’importants mouvements d’achats lors des dernières séances, de nature à soumettre les titres à des hausses exagérées. Mais il ne fait aucun doute que les résultats des ventes de PSA et de Renault, tout comme les incertitudes pesant sur le marché automobile, ont contribué à de tels replis.

Les mois de juillet et août ont été particulièrement mauvais pour les deux constructeurs automobiles tricolores. Dans le cas de PSA, une baisse de 19,1 % en juillet 2010 (par rapport à juillet 2009) et de 13,7 % en août. Dans le cas de Renault, une décrue de 10,9 % en juillet et de 7,5 % en août.

Une baisse de 30 %


Toutefois, sur l’ensemble des huit premiers mois de 2010, les deux constructeurs ont vendu davantage de voitures que pendant la même période en 2009 : + 1,8 % pour PSA et 3,9 % pour Renault.
Les professionnels et les spécialistes du secteur automobile s’attendent toutefois à un sérieux coup de frein pendant le dernier quadrimestre de 2010. L’impact de la prime à la casse ne se fera plus sentir comme auparavant.

Le 9 septembre, Jean-Luc Gérard, le président de la branche Voitures particulières de la Chambre syndicale internationale de l’Automobile et du Motocycle, la CSIAM, avait jeté un froid. Il avait subodoré 600.000 voitures neuves immatriculées en France de septembre à décembre 2010, une baisse de 30 % par rapport au dernier quadrimestre 2009 (838.000 unités alors commercialisées).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS