L'Usine Auto

Renault et Nissan se préparent à la mobilité électrique

, ,

Publié le

Les deux constructeurs autos se sont associés à un énergéticien en Lombardie pour y tester des véhicules «zéro émission» et des infrastructures adéquates comprenant notamment des bornes de recharge. Renault mène des expériences similaires en Allemagne, sur l’île de la Réunion, et bientôt en région parisienne. C’est en 2011 que la marque au losange produira ses premiers véhicules électriques, un segment appelé à connaître une croissance extraordinaire.

Renault et Nissan se préparent à la mobilité électrique

La production des voitures électriques aurait-elle pris du retard en Europe ? Cette innovation technologique semble encore à ses balbutiements. En réalité, Renault devrait lancer ses premiers modèles électriques, à plusieurs dizaines de milliers d’unités, l’année prochaine. Or, tout serait simple si la mobilité électrique n’exigeait pas de préparer le terrain pour que les véhicules «zéro émission» puissent être alimentés, sans encombre, à l’aide de bornes et d’installations adéquates.
C’est pourquoi, en partenariat avec d’autres acteurs de la mobilité électrique, Renault participe à plusieurs expériences pilotes en la matière, aussi bien en Allemagne, pays où il est le premier constructeur étranger, à la Réunion qu’en Italie. Bientôt, de telles expérimentations auront lieu en France.

En Italie

Ainsi, le mercredi 17 mars, lors d’une conférence de presse à Milan, le président de la filiale italienne de Renault, Jacques Bousquet, a présenté le projet « E-Moving» s’étendant aux deux villes les plus importantes de laLombardie, Milan et Brescia. A ses côtés, le président d’A2A, opérateur énergéticien leader en Italie dans le secteur des énergies renouvelables. La firme au losange et A2A ont signé un accord d’engagement commun pour promouvoir la mobilité « zéro émission » en Lombardie. Il convient de relever que dans le cadre de ce projet Renault agit main dans la main avec Nissan, son associé stratégique.
Des clients privés et des sociétés vont tester 60 véhicules électriques mis à leur disposition par Renault, les deux modèles impliqués étant la Kangoo Express, une fourgonnette à usage professionnel, et la Fluence, une berline familiale. Tous deux ont une autonomie de 160 km. L’un des volets les plus importants de l’accord entre le constructeur et l’énergéticien est le déploiement d’une infrastructure dense de recharge, dite «point to point» sur le territoire de la Lombardie. Où implanter ces infrastructures ? Comment implanter des systèmes de facturation associés? De même, comment gérer les batteries et entretenir les véhicules électriques?

En Allemagne et à la Réunion

Un projet pilote de la même veine a fait ses premiers tours de roue début mars, en Allemagne, dans la région Rhin-Ruhr. Les partenaires sont plus nombreux qu’en Lombardie, et Renault en fait partie, fournissant aux «automobilistes cobayes» des Kangoo et Fluence également. L’un des partenaires est la société RWE AG, l’un des leaders de l’industrie énergétique en Europe. Elle construit des stations de recharge principalement à Berlin et en Rhénanie du Nord-Westphalie. Elle propose déjà aux intéressés des véhicules électriques rééquipés.
Au tout début de l’année, le projet VERT avait été lancé à la Réunion, en présence de Nicolas Sarkozy. Une cinquantaine de véhicules Renault sont testés tout comme les infrastructures de recharge, en corollaire, faisant appel à des énergies renouvelables, notamment photovoltaïques. Ce projet vise à démontrer que le bilan global d’émission de CO2 des véhicules électriques à la Réunion est supérieur à celui des véhicules thermiques ou hybrides actuels.

En Région parisienne

En région parisienne, ce seront cent véhicules qui seront testé dès septembre 2010, selon un partenariat conclu entre l’Alliance Renault-Nissan, EDF, laRégion Île de France et le conseil général des Yvelines.
Si Renault se débat comme un beau diable pour promouvoir la mobilité électrique, c’est fort de la conviction qu’à l’horizon 2020 elle représentera 10 % de la flotte automobile mondiale. L’Alliance Renault Nissan ne lésine pas sur les moyens pour devenir un acteur majeur de l’automobile peu polluante : quatre milliards d’euros ont été investis dans un programme, Zéro émission. Une équipe de 2000 personnes (1000 issus de Renault, 1000 autres de Nissan) est affectée à ce projet. 2011 verra donc le début de la commercialisation de ces véhicules électriques.

Actuellement, en France, 300 à 400 voitures

Selon Hervé Borgoltz, dont la société DBT, implantée dans le département du Nord, fabrique des bornes de recharge pour voitures électriques, il y aurait actuellement sur les routes hexagonales 300 à 400 voitures mues à l’électricité, contre 10.000 unités il y a quelques années. Le nombre de bornes de recharge s’élève quant à lui à 400, alors que des prévisions faites par les pouvoirs publics font état de 400.000 bornes nécessaires en 2012.

Y. Le Houelleur


RECEVEZ GRATUITEMENT TOUS LES JEUDIS LA NEWSLETTER « LA SEMAINE DE L'AUTOMOBILE »

La saga GM au jour le jour, Renault et PSA au coude à coude,alliance entre Fiat et Chrysler, Peugeot offensif, Audi et VW en concurrence avec Toyota et Honda, de la voiture électrique à la pile à combustible, les rebondissements de l'actualité automobile se passent sur usinenouvelle.com.


Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte