Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault et Nissan font usine commune

,

Publié le

Enquête Carlos Ghosn a lancé en janvier une nouvelle étape d’intégration au sein de l’alliance entre Renault et Nissan. À Chennai, ingénieurs et opérateurs appliquent déjà ces préceptes depuis trois ans.

Renault et Nissan font usine commune
À Chennai, Renault et Nissan mélangent le meilleur de leurs process.

Dans une chaleur de four, un Renault Duster suit sur la ligne un Terrano, son cousin de chez Nissan. De l’autre côté de l’atelier, sur la seconde ligne, des Nissan Micra et les premiers exemplaires de la Datsun GO se succèdent. Bienvenue à l’usine Renault Nissan de Chennai (anciennement Madras), au sud de l’Inde. Dans ce premier (et unique) site commun, les deux partenaires appliquent au quotidien les préceptes exposés à la fin janvier par Carlos Ghosn, lors de la convention annuelle des directeurs de l’alliance. Jusqu’à présent rattachées aux marques, la production comme l’ingénierie devront désormais être dirigées par cette entité, qui rassemble depuis 1999 Renault et Nissan, afin de renforcer les synergies.

L’Alliance Renault-Nissan

  • Création 1999
  • Ventes 8,3 millions véhicules en 2013
  • Rang mondial 4e
Cette gestion commune est mise en œuvre en Inde depuis 2010 et la mise en production de l’usine de Chennai, construite par Nissan mais occupée rapidement par Renault. Le site développe depuis l’Alliance integrated manufacturing system (AIMS), le système de production intégré qui mélange les meilleurs process franco-japonais. Les cinq modèles Renault et les cinq Nissan sont assemblés avec des procédés de production hybrides. Les convoyeurs de pièces, par exemple, ont été développés selon un concept Renault, mais les bancs de tests pour déceler les vibrations et fuites sont livrés par Nissan.

"Au niveau du sertissage, le bas du process provient de chez Nissan, quand le câble rotatif a, lui, été fourni par Renault", explique un ingénieur. Et si à l’emboutissage, le benchmark ne se fait qu’avec les usines Nissan, l’une des presses a été apportée depuis le site Renault de Sandouville (Seine-Maritime). "L’AIMS donne à la fois une efficacité de production et des coûts très bas", résume Akira Sakurai, le directeur de l’usine de Chennai.

Comme dans le projet annoncé par Carlos Ghosn, l’ingénierie est aussi concernée. En Inde, les ingénieurs travaillent pour les deux marques sur tous les projets. Karim Mikkiche, le directeur général du centre technique de l’alliance en Inde, est l’un des rares directeurs d’ingénierie à disposer d’une carte de visite estampillée "alliance". Le centre, qui emploie 4 500 personnes, est le seul commun à Renault et Nissan. "Nous faisons de la localisation et de l’adaptation de produit, explique Karim Mikkiche. Désormais, nous allons aussi travailler dans la phase amont, en relation avec les directeurs de produits Renault et Nissan pour définir et développer dès le début des produits propres au marché indien."

 

La chasse aux doublons

Le centre technique est en pointe sur le développement du projet de véhicule à bas coûts basé sur la plate-forme CMF-A. Les ingénieurs du centre, dont la moyenne d’âge est de 29 ans, ne s’embarrassent pas d’une culture maison Renault ou Nissan, une donnée non négligeable pour intégrer des modes de management et de décisions. Karim Mikkiche veille au grain. "Sur un projet, nous utiliserons, par exemple, une méthode Nissan. Mais si pour Renault un point décisif n’est pas traité, alors nous adapterons avec un process Renault, précise le directeur général. Nous mettons en commun tout ce que nous pouvons et dès qu’une marque est mise en cause, nous divergeons."

Karim Mikkiche avoue que cette approche l’amène à traquer les doublons au quotidien. Mais il assume le rôle de laboratoire du centre de Chennai. "Carlos Ghosn est venu. Il regarde ce que nous faisons", explique-t-il. Le patron de l’alliance Renault-Nissan compte généraliser cette année la fabrication au sein de l’alliance. La direction commune de l’ingénierie sera, elle, mise en place dans un délai plus long.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle