Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Renault et Fiat-Chrysler (FCA) réfléchiraient à relancer leur projet de fusion

, , , ,

Publié le , mis à jour le 11/06/2019 À 07H36

Le projet de fusion entre Renault et Fiat-Chrysler (FCA) ne serait pas complètement enterré. Lundi 10 juin, le gouvernement français a ouvert la porte à une reprise des discussions. Surtout, les deux constructeurs automobiles réfléchiraient aux moyens d'obtenir l'aval de l'État français et de Nissan. Pour Renault, la relance des négociations avec FCA s'échangerait contre une réduction de sa participation chez Nissan.

Renault et Fiat-Chrysler (FCA) réfléchiraient à relancer leur projet de fusion
Le rapprochement entre les deux constructeurs automobiles "reste une belle opportunité", a jugé le 10 juin Bruno Le Maire. /Photo prise le 3 juin 2019/REUTERS/Eric Gaillard
© Eric Gaillard

Renault et Fiat-Chrysler Automobiles (FCA) cherchent comment relancer leur projet de fusion et s'assurer l'aval de Nissan, a appris lundi 10 juin Reuters de plusieurs sources proches de ces entreprises. Le gouvernement français n'a pas fermé la porte à une reprise des négociations. Le rapprochement entre les deux constructeurs automobiles "reste une belle opportunité", a jugé le 10 juin Bruno Le Maire. Le ministre français de l'Économie a toutefois indiqué qu'il fallait d'abord "renforcer l'alliance" Renault-Nissan qui connaît un regain de tensions.

Nissan aurait posé ses conditions pour un rapprochement Renault-Fiat-Chrysler

Nissan est sur le point de demander à Renault de réduire de manière significative sa participation de 43,4% dans son capital en échange de son soutien à un rapprochement avec Fiat-Chrysler, ont également déclaré à Reuters deux personnes au fait des intentions du groupe japonais.

Rien ne dit à ce stade qu'un effort concerté permettrait de relancer l'accord complexe à 30 milliards d'euros proposé entre Renault et FCA. Présenté le 27 mai, le projet a été abandonné mercredi 5 juin par le groupe italo-américain qui a dénoncé l'attitude de l'État français. La France, principal actionnaire de Renault, venait de faire reporter un vote du conseil d'administration sur le projet en demandant plus de temps pour gagner le soutien de Nissan. Les représentants de Nissan avaient déclaré qu'ils s'abstiendraient.

L'échec a braqué une nouvelle fois les projecteurs sur les relations entre Renault et Nissan, toujours délicates depuis l'arrestation en novembre 2018 de l'ancien président de l'alliance Carlos Ghosn. Ce dernier doit être jugé au Japon pour des accusations de malversations financières, ce qu'il nie.

Discussions entre FCA et Nissan

FCA, dont les marques comprennent les SUV Jeep, les pick-up RAM et les voitures de sport Maserati, a jusqu'ici fait la sourde oreille aux suggestions des responsables français de réexaminer sa proposition de fusion.

Mais depuis la rupture, John Elkann et son homologue français Jean-Dominique Senard ont évoqué la possibilité de relancer le projet, qui a enthousiasmé le président de Renault et son directeur général Thierry Bolloré, ont déclaré trois sources au sein de l'alliance.

Renault et un porte-parole de FCA se sont refusés à tout commentaire.

Toby Myerson, l'un des principaux conseillers de John Elkann pour le projet avec Renault, était attendu lundi 10 juin au siège de Nissan à Yokohama (Japon) pour des entretiens exploratoires avec la direction du groupe japonais, ont dit deux personnes au courant du dossier. Le directeur général de Nissan Hiroto Saikawa devrait y assister. Toby Myerson n'a pas répondu à une demande de commentaire de la part de Reuters.

La réunion a lieu alors que des tensions croissantes pourraient empêcher tout compromis. Renault a en effet laissé entendre qu'il bloquerait l'adoption des réformes de gouvernance de Nissan s'il n'était pas mieux représenté dans la nouvelle organisation, une position jugée "hautement regrettable" par le constructeur japonais.

Nissan veut un rééquilibrage des participations

Hiroto Saikawa, qui a toujours déclaré que les participations au sein de l'alliance devaient "être rééquilibrées" pour refléter la taille supérieure de Nissan, plaiderait, selon les mêmes sources, pour une réduction substantielle de la participation de Renault dans le cadre de tout accord. La participation de 15% de Nissan dans Renault ne comporte aucun droit de vote.

"Si FCA s'attend à une sorte de négociation, elle doit anticiper cette demande", a dit l'une des sources.

L'accord entre Renault et FCA aurait permis aux deux entreprises d'être acquises par une société de portefeuille néerlandaise détenue à 50-50 par les actionnaires actuels de FCA et de Renault, après le versement d'un dividende spécial de 2,5 milliards d'euros aux actionnaires de FCA.

Paris avait obtenu des garanties sur l'emploi et un paiement en numéraire aux actionnaires de Renault, à la suite de critiques selon lesquelles l'offre sous-évaluait Renault.

Pour Nissan, toutefois, la fusion "échangerait un petit actionnaire à 43% contre un actionnaire plus important à 43% qu'elle ne connaît pas", a déclaré une source proche de la direction. Nissan ne pourrait soutenir un accord entre Renault et FCA qu'avec une "réduction substantielle" de la participation du constructeur automobile français, ont dit les sources.

La France pourrait ne pas s'opposer automatiquement à une réduction de la participation dans Nissan si cela permet d'assurer la place de Renault au sein d'un groupe consolidé. Le gouvernement a également déclaré qu'il pourrait, dans le même but, réduire la participation de 15% de l'Etat français dans Renault.

"Toutes les options peuvent être envisagées", a déclaré le ministre de l'Économie Bruno Le Maire au journal Le Figaro après l'échec du projet de rapprochement, interrogé sur des pressions exercées par le Japon sur Renault pour réduire sa participation dans Nissan. Mais un haut responsable du ministère a refusé d'être plus explicite sur cette possibilité. "Il n'y a plus de proposition", a-t-il dit.

Une courte fenêtre d'opportunité

FCA pourrait également être prêt à faire des compromis pour permettre une fusion qui lui permettrait de combler les lacunes technologiques qui menacent sa capacité à suivre la transition vers les véhicules électriques et le durcissement des réglementations sur les émissions polluantes. Il a peu de partenaires potentiels après des discussions non concluantes avec le groupe PSA en début d'année 2019.

FCA a déjà lancé une option d'achat qui permettrait à Nissan d'augmenter sa participation de 7,5% avec droits de vote dans une entité combinée FCA-Renault, a dit une autre personne impliquée dans les discussions. Néanmoins, tout ce qui irait au-delà d'une réduction symbolique de la participation de Renault dans Nissan viendrait bouleverser l'évaluation d'une transaction de fusion. "Ce n'est pas quelque chose que FCA voudrait réduire", a déclaré la même personne. "Cela fait partie intégrante de la valeur de Renault."

John Elkann et Jean-Dominique Senard avaient prévu d'aller de l'avant dans le projet d'accord de fusion en dépit de l'abstention de Nissan, persuadés que la logique économique contraindrait le groupe japonais à suivre et à coopérer, ont dit des sources proches du conseil d'administration de Renault.

Une chose sur laquelle Renault et Nissan peuvent s'entendre c'est sur le fait que toute fenêtre d'opportunité pour relancer la fusion risque d'être courte. "S'il y a un accord, ce sera probablement dans les semaines qui viennent plutôt que dans plusieurs mois", a déclaré un responsable de l'alliance.

Avec Reuters (Avec Norihiko Shirouzu à Pékin et Giulio Piovaccari à Milan, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle