Renault donne des garanties à ses syndicats sur les volumes de production

Pas d’accord de compétitivité signé mardi 12 février lors de la 10e réunion de négociations, mais des engagements précis de Renault sur les volumes confiés à chacune de ses usines. De quoi satisfaire les syndicats, qui revoient la direction le 19.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Renault donne des garanties à ses syndicats sur les volumes de production

CFE-CGC et CFDT avaient prévenu : elles ne signeraient pas l’accord de compétitivité proposé par la direction de Renault si le groupe ne s’engageait pas sur des volumes de production pour ses usines françaises. C’est la seule façon de garantir l’avenir du constructeur automobile en France, selon elles.

C’est chose faite. Ce mardi 12 février, la direction de Renault n’a pas réussi à obtenir une signature de ses organisations syndicales, comme elle espérait le faire avant la présentation de ses résultats annuels, le 14 février. Mais elle a fait un grand pas dans le sens de leurs attentes, en prenant des engagements précis sur la production des sites français.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

D’ici 2016, "dans la perspective d’une reprise du marché européen" prend bien soin de préciser la direction, les usines françaises devraient produire 710 000 véhicules, contre 530 000 en 2012, pour un taux d’utilisation des sites français à 85% (80% selon la CFDT). Cela "assurerait une visibilité sur l’activité de l’ensemble des sites jusqu’au-delà de 2020", affirme Renault dans un communiqué.

110 000 véhicules pour Flins

Flins récupère non seulement la production des Clio IV haute gamme comme Initiale Paris, mais aussi une partie de celle de véhicules assurée jusqu’ici à Bursa, en Turquie (des Clio IV conduite à droite), ce qui lui garantit 110 000 véhicules annuels. La CFDT se réjouit d’une "augmentation du plan de charge dès 2013", et d’une perspective de 160 000 véhicules pour Flins en 2016.

Cléon, de son côté, récupère une partie de la production de la boîte J assurée par CACIA, au Portugal. Selon la CFDT, le volume assuré par le site passe de 60000 à 100000 unités. Ces deux retours en France seront symboliquement forts, à défaut d’être primordiaux pour ces sites. Maubeuge, comme prévu, assurera la phase 3 de la Kangoo, qui devrait lui donner du travail au-delà de 2016. Le site de Douai, selon la CFDT, obtient un engagement de 220000 et un objectif de 240000. Le syndicat salue clairement, dans un communiqué, "des garanties concrètes très importantes pour les salariés de l’ensemble des sites".

Un gain de 300 euros par voiture

Ces engagements sur les volumes, la direction les conditionne à la signature de l’accord sur la compétitivité, qui "fera gagner environ 300 euros par voiture produite en France", a souligné le directeur des opérations France, Gérard Leclercq. De ce côté, les syndicats ont obtenu que les mobilités inter-sites ne soient pas obligatoires, contrairement à ce qui était prévu, mais reposent uniquement sur le volontariat. C’était un des points de blocage principaux, et FO a salué cette évolution. La part variable de la rémunération des dirigeants sera indexée sur des critères précis. Enfin, il est acté que Carlos Ghosn en personne signera cet accord, qui l’engagera publiquement.
Reste à définir les détails de toute une série de mesure sur les compétences métier, la formation, le cœur de métier, l’organisation et le temps de travail. "Nous n'avons pas fini de négocier", a indiqué Dominique Chauvin, délégué central CFE-CGC, qui "veut prendre le temps" face à la complexité des problèmes soulevés. Cela nécessitera d’autres rencontres. La prochaine est prévue le 19 février.

Cécile Maillard

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS