Renault confirme un projet de restructuration de 6 usines en France

PARIS (Reuters) - Renault a annoncé vendredi un plan drastique d'économies de plus de deux milliards d'euros pour restaurer sa compétitivité passant par la confirmation d'un projet de restructuration de six usines en France et d'importantes coupes dans ses effectifs à travers le monde.
Partager
Renault confirme un projet de restructuration de 6 usines en France
Renault a annoncé vendredi un plan drastique d'économies de plus de deux milliards d'euros pour restaurer sa compétitivité passant par la confirmation d'un projet de restructuration de six usines en France et d'importantes coupes dans ses effectifs à travers le monde. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler

"Dans un contexte fait d'incertitudes et de complexité, ce projet est vital pour garantir une performance solide et durable", a déclaré la directrice générale par intérim Clotilde Delbos, citée dans un communiqué.

Le constructeur, qui a accusé l'an dernier sa première perte nette en dix ans, a ainsi confirmé plusieurs hypothèses de travail pour optimiser son appareil industriel en France: la création d'un pôle d'excellence dans l'électrique et l'utilitaire à partir des deux usines de Douai et Maubeuge dans le Nord, une réflexion sur la reconversion de l'usine de Dieppe (Seine-Maritime) à la fin de la production de l'Alpine A110, la création d'un pôle d'économie circulaire à Flins (Yvelines), où seraient transférées les activités de l'usine de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) à la place de la Zoé, dont la production dans les Yvelines s'arrêterait après 2024, et le lancement d'une revue stratégique pour la Fonderie de Bretagne, à Caudan (Morbihan).

Ces mesures, ainsi que la rationalisation de la production de boîtes de vitesse du groupe au losange à travers le monde, doivent contribuer pour 650 millions d'euros à l'objectif de réductions de coûts, le solde provenant de l'ingénierie (800 millions) et des fonctions support (700 millions), soit un total d'environ 2,15 milliards.

Le coût de ces mesures, qui prévoient également 15.000 suppressions d'emplois, dont 4.600 en France, sans licenciement sec, est estimé à 1,2 milliard d'euros, a ajouté Renault.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

FONDERIE DE BRETAGNE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS