Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Renault confie au Mans les châssis de la future Nissan Micra

, , , ,

Publié le

Cette affectation conforte le site spécialisé dans les composants châssis. Elle implique un investissement de 7 millions d'euros et constitue "un gage d'avenir" pour l'usine.

Renault confie au Mans les châssis de la future Nissan Micra
La Nissan Micra
© Nissan

Bonne nouvelle pour l'usine Renault du Mans (Sarthe). Cette unité se verra confier la production des composants du châssis pour la prochaine génération de Nissan Micra. Cette voiture compacte sera assemblée à Flins (Yvelines) à partir de la fin 2016 avec un volume prévisionnel de 132 000 véhicules en année pleine.

Cette charge supplémentaire est considérée par Renault comme "un gage d'avenir" pour le site du Mans. Elle impliquera un investissement de 7 millions d'euros pour l'installation de nouveaux outils de production.

L'usine associée à la quasi-totalité des futurs projets "produit" du groupe

Cette activité supplémentaire représentera 8 % de l'activité de l'usine qui est, avec 2 200 salariés, l'un des principaux employeurs du chef-lieu sarthois. Ces effectifs comprennent les équipes de production mais aussi celles du Centre Technique Châssis.

L'usine mancelle produit déjà des composants de châssis pour de nombreux véhicules du groupe comme la Clio 4, la Captur, le Nouveau Trafic, la Dacia Lodgy, le Sandero et le Duster, la Qashqai ou la Note pour Nissan. Elle fabrique aussi l’ensemble des composants châssis de la voiture électrique Zoe (train arrière, partie tournante avant, berceau, bras inférieur avant) mais aussi le bac batterie et le cadre support moteur. Le Mans est en outre associé à la quasi-totalité des futurs projets "produit" du groupe.

Améliorer la performance de l'alliance Renault-Nissan

Pour la direction, l'activité confiée à l'usine est la conséquence de l'accord "Contrat pour une nouvelle dynamique de croissance et de développement social de Renault en France", signé le 13 mars 2013. Selon le groupe au losange, cet accord a permis à l’usine de se positionner, face à ses concurrents, au niveau de performance attendu par Nissan. Lors de la présentation de la seconde phase du plan "Drive the Change" en février, Carlos Ghosn, président de l’Alliance Renault-Nissan, avait affirmé sa volonté d’améliorer la performance des deux partenaires, notamment en développant le "cross manufacturing" (fabrication de véhicules ou organes mécaniques pour l’un des partenaires dans l’une des usines de l’autre partenaire).

"Quelques mois après cette annonce, les synergies au sein de l’Alliance s’accélèrent et le cross manufacturing passe à la vitesse supérieure, grâce à cette affectation", a fait savoir Renault. 

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle