Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Menacé d'être débarqué, le directeur général de Renault Thierry Bolloré dénonce un "coup de force stupéfiant"

, , ,

Publié le , mis à jour le 11/10/2019 À 00H50

Le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, a dénoncé dans Les Echos "un coup de force stupéfiant" à la veille d'un conseil d'administration vendredi 11 octobre consacré à la gouvernance du constructeur automobile, qui pourrait aboutir à son éviction.

Menacé, le directeur général de Renault dénonce un coup de force stupéfiant
Jean-Dominique Senard pourrait proposer le remplacement de Thierry Bolloré (photo) au prochain conseil d'administration.
© GONZALO FUENTES

"La brutalité et le caractère totalement inattendus de ce qui est en train de se passer sont stupéfiants", a déclaré le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, dans une interview publiée sur le site internet du journal Les Echos. Il dénonce "un coup de force stupéfiant" à la veille d'un conseil d'administration vendredi 11 octobre consacré à la gouvernance du constructeur automobile français, probable épilogue de plusieurs journées de rumeurs sur un départ du dirigeant.

Clotilde Delbos pour l'intérim ?

Selon BFM Business, la directrice financière Clotilde Delbos pourrait assurer l'intérim de la direction générale.

Une source au sein de l'Etat français a indiqué à Reuters qu'un remaniement à la tête du groupe au losange était bien sur la table, confirmant une information du Figaro selon laquelle le président de Renault, Jean-Dominique Senard, allait proposer le remplacement de Thierry Bolloré au prochain conseil d'administration.

"Je suis monté dans un avion à Tokyo mardi soir et en atterrissant à 4 heures du matin à Paris mercredi, j'apprenais par voie de presse que le président Jean-Dominique Senard, qui jusque-là ne cessait d'affirmer qu'il n'y avait pas une feuille de papier à cigarette entre nous, souhaitait mon départ", a déploré Thierry Bolloré auprès des Echos. "La seule chose que l'on me reproche peut-être, c'est d'avoir été nommé directeur-général adjoint début 2018, sur proposition de Carlos Ghosn, à l'unanimité du conseil."

Appel à l'intervention de l'Etat

Sous le choc de l'arrestation au Japon du PDG Carlos Ghosn, fin 2018, Renault l'avait nommé fin janvier au poste de directeur général afin de maintenir, au côté du nouveau président Jean-Dominique Senard, le fil rouge opérationnel qu'il incarnait depuis début 2018.

"Sur le plan opérationnel, je ne vois pas où est la faute", s'est-il défendu, appelant l'Etat à intervenir "pour ne pas déstabiliser Renault".

Interrogé sur son éventuelle éviction, Thierry Bolloré a souligné que "tant que le conseil d'administration de Renault ne s'est pas prononcé, par définition, rien n'a pu être décidé".

 

avec Reuters (Nicolas Delame, édité par Henri-Pierre André)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle