Tout le dossier Tout le dossier

Renault : 7 500 suppressions d'emplois en France d'ici 2016

Renault a annoncé à ses syndicats vouloir réduire ses effectifs de 7 500 personnes d'ici 2016 en France, sans licenciement ni plan de départs volontaires, mais en élargissant son système de préretraite à tous ses salariés.

Partager
Renault : 7 500 suppressions d'emplois en France d'ici 2016

Le groupe Renault, qui a tenu ce jour une sixième réunion de négociations sur la compétitivité avec ses syndicats, a annoncé vouloir supprimer 7500 emplois en France en quatre ans (2013-2016). Renault assure que ces départs se feront sans licenciements, ni plan de départs volontaires, ni fermeture de site, et devraient permettre une économie de 400 millions d’euros.

Le groupe automobile compte sur 5.700 départs naturels en quatre années, départs en retraites, changements d’entreprises, et départs dans le cadre du plan de GPEC signé en 2011 (aménagement de fin de carrières, créations d’entreprises). Surtout, il compte proposer à l’ensemble de ses salariés le dispositif de ce même accord GPEC qui permet aux opérateurs ayant occupé des postes pénibles de partir à 58 ans en touchant 75% de leur salaire. Ce système de pré-retraites, financé par l’entreprise, sera proposé à tous les salariés de 58 ans, si la direction trouve un accord avec les organisations syndicales.

Selon les syndicats, 530 salariés ont bénéficié de ces pré-retraites en 2011, 730 en 2012. "Les volontaires ont été freinés par la réforme des retraites, qui les empêchait de savoir quand ils pourraient bénéficier de leur pension, alors que le système proposé par Renault était réservé aux salariés à 36 mois de leur fin d’activité", explique un syndicaliste de Renault.

"On va perdre des compétences"

Les suppressions de postes envisagées représentent 14% environ de l'effectif actuel de Renault en France. Elles concerneront toutes les catégories de personnel et tous les sites, précise un porte-parole du groupe. Renault espère, si les départs sont supérieurs aux 7 500 attendus, pouvoir recruter sur ses besoins en compétences les plus critiques, notamment sur les technologies d’innovation. Un vaste plan de formation devrait permettre aux salariés de tous les métiers de se reconvertir en fonction des besoins de l’entreprise."Quoiqu'il en soit, on perdra des compétences, du savoir-faire", déplore la CGT, contactée par L'Usine Nouvelle.

Mais le calcul est plus subtil, selon les syndicats. "Il s'agit en fait de 8 250 départs, si ce chiffre est atteint, la direction assure qu'ils recruteront 750 personnes, explique-t-on à la CGT. C'est de cette manière qu'ils arrivent mécaniquement aux 7 500 suppressions d'emplois évoqués." Conséquence directe pour les salariés : "le travail va s'intensifier". "Lors de la dernière réunion avec le direction, l'allongement du temps de travail et la suppression des RTT ont été décidés. On attend de pied ferme l'avant-dernier volet qui portera sur le salaire", indique la confédération. A ce sujet, la discussion se tiendra dans une semaine, le mardi 22 janvier.

Redimensionner les activités des métiers basés en France

Avec ces 7 500 suppressions d'emplois, l’enjeu, pour le constructeur automobile, est de "redimensionner les activités des métiers de Renault basés en France", affirme un communiqué de la direction, qui dit vouloir "conserver les activités corporate de Renault en France". Ouf… En revanche, les fonctions ingénierie et tertiaires devront se "recentrer sur leurs activités stratégiques cœur de métier". De source syndicale, on indique qu’une analyse est en cours au niveau de l’ingénierie pour évaluer quels sont les métiers stratégiques, à conserver en interne, et ceux qui peuvent faire l’objet d’une sous-traitance. Devraient rester en France tout le développement des nouveautés, mais certains compléments de développement pourraient se faire dans d’autres pays. Le Brésil, par exemple, pourrait être en pointe sur le développement des 4X4, ou sur les moteurs à l’éthanol.

Depuis la semaine dernière, la direction reconnaît, et le redit dans son communiqué, que l’objectif de ces négociations est d’ "atteindre un niveau de performance industrielle et économique créant les conditions d’obtention d’activités complémentaires dans les usines". Les syndicats aimeraient que les partenaires de Renault, Nissan en premier lieu, confient de nouveaux véhicules aux usines françaises, largement sous-chargées.

Cécile Maillard (avec Astrid Gouzik)

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Social

A Flins, Arnaud Montebourg et Carlos Ghosn assurent le service après-vente de l’accord compétitivité de Renault

Constructeurs

Douai veut être parmi les usines les plus compétitives de Renault

Auto

Renault, un "retour industriel" tout relatif...

Social

Fumée blanche chez Renault, les syndicats signent l'accord compétitivité

Social

Accord compétitivité : Carlos Ghosn confie qu'il n'avait pas de plan B

Social

L'accord compétitivité sera adopté dans la journée chez Renault

Éco - social

"L’accord Renault va favoriser une relocalisation massive de volumes de production", selon Arnaud Montebourg

Emploi

Renault tient son accord de compétitivité

Social

Renault : l'accord compétitivité pourrait être signé dans la semaine

Social

Accord de compétitivité en vue chez Renault

Dirigeants

Pourquoi la proposition de Carlos Ghosn sur son salaire est très maladroite

Constructeurs

Plusieurs projets de partenaires à l’étude pour les usines françaises de Renault

La matinale de l'industrie

Renault donne des garanties à ses syndicats sur les volumes de production

Social

La CFDT de Renault refuse l'accord compétitivité de la direction en l'état actuel

Social

Renault : les syndicats exigent plus d’engagements sur les volumes

Auto

Renault-Nissan promet 4 milliards de synergies à l’horizon 2016

Social

Les négociations chez Renault piétinent

Social

"Renault reste un laboratoire social, mais le curseur a changé", selon Bernard Vivier

La matinale de l'industrie

Renault sait-il encore faire des voitures à vivre ?

Auto

Concernant Renault, Arnaud Montebourg rêve...

Editorial

Renault et son drôle de chômage compétitif

Emploi

Renault prend ses distances avec l’accord national sur l’emploi

Auto

Le gouvernement rappelle à Renault les "lignes rouges" à ne pas franchir

Auto

Renault promet 80 000 véhicules supplémentaires par an à ses usines françaises

La matinale de l'industrie

Depuis quatre mois, Renault monte en pression

Social

Renault propose d'harmoniser le temps de travail dans ses usines

Social

Accord compétitivité : Renault veut solder ses comptes épargne temps

Auto

Renault insiste sur la flexibilité

Auto

Renault mène aussi des négociations compétitivité en Espagne

Investissements industriels

Compétitivité : Renault veut aller vite

Les Assises de l'industrie

Carlos Tavares : "Renault veut des sites français au niveau de ses meilleurs sites européens"

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

94 - Orly

Mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour la passation et le suivi de certains marchés

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS