Rémy Cointreau ralentit la cadence au 1er trimestre

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a vu sa croissance organique ralentir au premier trimestre de son exercice 2018-2019, une décélération attendue après l'explosion des ventes de cognac trois mois plus tôt liée au calendrier du nouvel an chinois et qui traduit aussi un ralentissement aux Etats-Unis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Rémy Cointreau ralentit la cadence au 1er trimestre
Rémy Cointreau a vu sa croissance organique ralentir au premier trimestre de son exercice 2018-2019, une décélération attendue après l'explosion des ventes de cognac trois mois plus tôt liée au calendrier du nouvel an chinois et qui traduit aussi un ralentissement aux Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Segar

Les ventes du groupe propriétaire du cognac Rémy Martin, du rhum Mount Gay ou de la liqueur Cointreau ont atteint 241,5 millions d'euros et la croissance organique 5,9% entre avril et juin (après une progression de 12,8% au cours des trois mois précédents), un chiffre légèrement supérieur aux 5,3% attendus par les analystes.

Rémy Martin, qui pèse pour environ 75% du résultat opérationnel du groupe de spiritueux, a vu ses ventes progresser de 11,1% à taux de changes constants au premier trimestre de l'exercice décalé clos le 31 mars 2019, après un bond de 18,3% trois mois plus tôt.

La marque a profité de tendances "toujours favorables en grande Chine, à Singapour et au Japon", tandis que la progression de ses ventes a été "plus modeste aux Etats-Unis" en raison de hausses de prix opérées en début d'exercice, précise Rémy Cointreau dans un communiqué.

Le groupe ajoute toutefois que la tendance se normalisera outre-Atlantique dans les prochains trimestres.

Comme ses concurrents Hennessy, propriété de LVMH, et Martell, détenu par Pernod Ricard, Rémy Martin profite du rebond de la demande de produits de luxe en Chine auprès des classes moyennes-supérieures, après des années de vaches maigres liées aux mesures anticorruption de Pékin.

Mais la tendance devrait ralentir, après deux années explosives de progressions à deux chiffres, en raison notamment des contraintes liées à la constitution des stocks d'eaux-de-vies.

Le groupe a confirmé vendredi son objectif d'une croissance de son résultat opérationnel courant pour l'ensemble de l'exercice 2018-2019 à données constantes.

En juin, son directeur financier Luca Marotta avait déclaré être "en accord" avec le consensus des analystes tablant d'une croissance de ce résultat comprise entre 12% et 13%.

Rémy Cointreau avait aussi relevé son objectif de progression de marge opérationnelle courante, tablant pour les exercices 2017-2018, 2018-2019 et 2019-2020 sur une hausse cumulée comprise entre 2,4 et 3,0 points (contre un objectif de 0,8 à 1,8 point précédemment).

Repositionné exclusivement sur le segment du luxe, le groupe s'est fixé pour objectif de réaliser plus de 60% de ses ventes dans les bouteilles à plus de 50 dollars à l'horizon 2019-2020, contre 51% aujourd'hui et 45% en 2015.

Le titre Rémy Cointreau a clôturé à 115,60 euros à la Bourse de Paris jeudi. A ce niveau, ses multiples de valorisation atteignent 31,63 fois les bénéfices estimés pour 2019-2020, proches des plus élevés du luxe comme Hermès (40 fois) et très supérieurs à ceux du britannique Diageo, leader mondial des spiritueux (22,5 fois), ou du français Pernod Ricard (21,83 fois).

(Pascale Denis, édité par Benjamin Mallet)

0 Commentaire

Rémy Cointreau ralentit la cadence au 1er trimestre

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS