Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Relance partielle de la production début décembre chez FagorBrandt

,

Publié le

Selon les syndicats du fabricant d’électroménager, la production des usines pourrait être relancée partiellement début décembre. Elle concernerait prioritairement le site d’Orléans, spécialisé dans les appareils de cuisson. En attendant, plusieurs repreneurs potentiels auraient déjà manifesté leur intérêt pour le groupe.

Relance partielle de la production début décembre chez FagorBrandt

La production du fabricant d’électroménager, FagorBrandt, en redressement judiciaire depuis le 7 novembre, pourrait reprendre partiellement début décembre. "L'objectif du groupe est de redémarrer prioritairement une partie des lignes de production de l'usine d'Orléans", a expliqué le 13 novembre, Philippe Breger, délégué syndical CGT, à l’issue d’un comité central d’entreprise, citant des déclarations de l’administratrice judiciaire, Hélène Bourbouloux. L’usine d’Orléans (Loiret), est le plus important site de production du groupe, employant 550 salariés. Il est spécialisé dans la fabrication d’appareils de cuisson, en encastrable (fours, tables de cuisson...) et en pose-libre (cuisinières), pour les marques Brandt, Sauter et De Dietrich. "Nous travaillons d’arrache-pied actuellement avec des fournisseurs de pièces pour pouvoir redémarrer les lignes à haute valeur ajoutée dans un premier temps, comme les tables à induction et les fours", a ajouté Nathalie Pillet, délégué centrale de la CFTC.  

15 millions d’euros pour redémarrer

Le fabricant aurait besoin de 15 millions d’euros pour redémarrer l’activité dans ses usines. "10 millions pourraient être apportés via un pool bancaire avec lequel les discussions sont en cours et 5 millions issus d’aides de l'Etat", a affirmé Philippe Breger. Selon Nathalie Pillet, "les aides de l’Etat pourraient être sous forme d’exonérations transitoires de charges sociales".

Faute du paiement de fournisseurs, liés aux graves problèmes financiers de la maison mère espagnole, Fagor Electrodomésticos, les quatre sites de FagorBrandt, à Vendôme (Loir-et-Cher), La Roche-sur-Yon (Vendée), Aizenay (Vendée) et Orléans (Loiret), sont à l'arrêt depuis la mi-octobre.

Récupérer la propriété des marques

"L'administrateur judiciaire et la direction de FagorBrandt poursuivent leurs contacts avec l'ensemble des parties prenantes, dont les banques et les pouvoirs publics locaux et nationaux, afin de trouver les solutions permettant d'assurer un redémarrage de l'activité (...) dans les meilleurs délais possibles", a affirmé la direction du groupe dans un communiqué diffusé le 13 novembre.

Interrogé le même jour sur la situation du groupe d’électroménager, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a affirmé que l’urgence était que le fabricant puisse "récupérer la propriété de ses marques", actuellement détenue par une filiale de Fagor en Irlande, qui a déposé officiellement le bilan, comme sa mère, Fagor Electrodomésticos, le 13 novembre, en Espagne. Pour lui, "cela facilitera le dépôt des offres de reprises", a-t-il expliqué, ajoutant que de nombreux acteurs avaient déjà manifesté leur intérêt concernant le fabricant français. Selon Philippe Breger, "l'administrateur nous a dit que plusieurs offres d'intention avaient déjà été déposées, dont trois au lendemain de l'ouverture de la procédure de redressement".

Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a fixé au 13 décembre, le dépôt des offres de reprise pour FagorBrandt, se laissant jusqu’au 16 janvier pour les examiner.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle