Régionales 2015 : l’industrie francilienne se tertiarise

,

Publié le

Du 23 novembre au 4 décembre, avant les élections régionales (les 6 et 13 décembre), L'Usine Nouvelle vous propose de découvrir les atouts et les faiblesses industrielles des 13 régions de la France métropolitaine. L’Île-de-France demeure la première région industrielle française. Un statut qu’elle doit au grand nombre de sièges sociaux sur son territoire mais aussi à des activités manufacturières dominantes comme la fabrication de matériels de transport et la pharmacie.

 


Les industries d'Ile-de-France - Cliquez sur l'image pour agrandir

 

Grigny (Essonne), 12 novembre. Coca-Cola Entreprise inaugure une nouvelle ligne de production de canettes qui lui a coûté 30 millions d’euros. Issy-les-Moulineaux, 3 juin, la même entreprise fête son installation dans son nouveau quartier général.

Deux événements pour deux facettes de la réalité de l’industrie en Île-de-France, une région qui, en France, demeure en tête en nombre d’emplois industriels (467 389 salariés au 31 décembre 2012) mais le doit pour une bonne partie à la présence, sur son territoire, d’un très grand nombre de sièges sociaux.

Selon une étude de l’Insee de 2013, l’industrie francilienne a perdu la moitié de ses effectifs entre 1990 et 2010. Parallèlement, elle se tertiarise de manière grandissante. Pour autant, elle résiste bien autour de ses bastions que sont la fabrication de matériels de transport, la production de produits informatiques, électroniques et optiques ou encore l’industrie pharmaceutique.

En route vers la silver économie

La région-capitale tire encore profit de la révolution numérique et sera à l’épicentre de cette dernière quand sera mené à son terme, en 2016, le projet de la Halle Freyssinet à Paris où pourront s’épanouir jusqu’à 1 000 jeunes pousses numériques. L’Île-de-France occupe aussi des positions fortes dans l’industrie cosmétique. Elle est, également, en train de se placer pour bénéficier du boom attendu de la "silver économie", l’économie au service des personnes âgées.

Le secteur lié aux transports est le premier employeur industriel de la région avec 78 000 salariés, avec des leaders solidement ancrés dans la région. Certes, le groupe PSA a fermé son établissement d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) mais il a parallèlement injecté de l’argent pour moderniser son usine de Poissy (Yvelines) tandis que Renault investira, d’ici 2017, 100 millions d’euros dans son site de Flins (Yvelines). Autre chef de file, Safran, tient avec son nouveau moteur Leap de quoi remplir pour plusieurs années les carnets de commandes de ses trois grands établissements franciliens.

Des écosystèmes complets avec les pôles

Le conseil régional d’Île-de-France fait, depuis quelques années, porter ses efforts tant sur le renforcement des PME-PMI que sur la valorisation de l’innovation. L’Île-de-France est la première région d’Europe pour les capacités et les dépenses de recherche et développement avec plusieurs filières prioritaires soutenues par le conseil régional : la santé, le numérique, la mobilité au sens large, la mécanique, l’optique et les systèmes complexes.

L’action régionale peut s’appuyer sur les écosystèmes complets qui se sont constitués autour de très grands pôles de compétitivité aujourd’hui mondialement reconnus comme Systematic, fédérant quelque 800 acteurs du numérique et des métiers du logiciel, Astech (aéronautique et spatial), Cap Digital, le pôle de la transformation numérique, Medicen qui explore les domaines de la santé humaine ou encore Mov’eo pour le véhicule du futur.

Pour accentuer la démarche, Jean-Noël de Galzain, président de Wallix, un éditeur de logiciels de cybersécurité, et vice-président de Systematic, suggère la création d’un "small business innovation and research" (SBIR). "L’enjeu, c’est l’accès à la commande publique et aux marchés innovants, note Jean-Noël de Galzain. Comme cela s’est fait dans d’autres pays, cela pourrait permettre aux entreprises innovantes d’avoir un accès plus facile aux projets, aux commandes des donneurs d’ordres."

Île-de-France à deux vitesses

Au fil du temps, la plupart des départements ont acquis une spécialité. Paris reste marqué par l’industrie de l’habillement. Les Yvelines profitent de la construction automobile. L’Essonne se focalise sur la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques et se nourrit d’espoir avec les projets du plateau de Saclay. Les Hauts-de-Seine tirent leur force de la pharmacie. Le Val-de-Marne se concentre sur les produits pharmaceutiques et les denrées alimentaires. La Seine-Saint-Denis a lié son avenir au développement du multimédia et des datacenters en rêvant de décrocher l’or olympique si toutefois Paris est retenu pour accueillir les JO de 2024.

La région s’attaque également à gommer les disparités entre les territoires. Il faut toutefois s’interroger sur les déséquilibres potentiels que pourrait provoquer la Métropole du Grand Paris qui englobera Paris et les communes de la petite couronne au 1er janvier 2016. Les départements de grande couronne étaient déjà inquiets de devoir passer en seconds dans le calendrier de déploiement du métro automatique du futur Grand Paris Express. Les voilà qui craignent une Île-de-France à deux vitesses.

De notre correspondant, Patrick Désavie

Un nouveau Paris industriel 

 

L’Île-de-France n’est pas concernée par le rapprochement des régions et ne changera donc pas de capitale. Mais c’est peut-être cette dernière qui est en train de changer.

Avec 69 485 emplois à fin décembre 2012, Paris était le troisième employeur industriel de l’Île-de-France. La ville le doit surtout à la présence de nombreux sièges sociaux mais aussi à la survivance d’activités assez anciennes notamment dans l’industrie du textile, l’habillement et le travail du cuir (près de 12 000 salariés).

Cependant, le passé ouvrier qui l’a rendu fière est déjà loin dans les mémoires. Le faire revivre au moins en partie pourrait être un des paris dans la ville qui, à l’initiative du groupe communiste et Front de Gauche, a conduit une mission d’information et d’évaluation sur le thème « fabriquer à Paris ».

Il n’est pas question de renouer avec la production en volume mais de faire émerger, grâce aux nouvelles technologies comme l’impression 3D, un nouveau modèle productif reposant "sur une fabrication en petites séries, réalisées à la demande, à proximité des besoins locaux. "

 

L'AVIS DES INDUSTRIELS de la région

Cliquez sur un portrait pour découvrir le témoignage 

 

Frédéric Arnaud

Directeur général délégué d’Emulsar, TPE innovante de l’agroalimentaire

"L’obtention des aides régionales peut prend du temps"

Thomas Schenck

Président de Connect’O, start-up fabricant des capteurs pour suivre la consommation d’eau.

"Bénéficier de programmes d’accompagnement plus longs" 

Charles Darbonne

Président de Darégal, ETI de l’agroalimentaire

"Prendre en compte les problèmes de l’agriculture"

 

Les 13 régions françaises

Test
Create your own infographics

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte