Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Regeltex s'offre une nouvelle usine

, , , ,

Publié le

Le fabricant de gants techniques Regeltex investit 6,5 millions d'euros dans une nouvelle usine de 8 000 mètres carrés à Issoudun (Indre). Elle sera livrée au printemps 2015.

Regeltex s'offre une nouvelle usine
Regeltex
© Stéphane Frachet

Les dessins d'architecte trônent sur le bureau de Jean-Gérard Infante, directeur général de Regeltex, à Issoudun (Indre). Ce fabricant de gants de protection électrique vient d'acquérir un terrain de 25 000 mètres carrés à quelques pas de son usine actuelle. Dès le second semestre, il va entamer la construction d'une usine "afin de faire face au développement de l'activité", résume le dirigeant de cette PME qui emploie une soixantaine de salariés, dont une dizaine d'intérimaires. La livraison est prévue au printemps 2015.

Regeltex (5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013) va investir 6,5 millions d'euros dans cette nouvelle unité de 8 000 mètres carrés, contre 4 500 actuellement. Une, voire deux lignes de production, seront ajoutées aux quatre existantes. A terme, cet agrandissement devrait s'accompagner d'une dizaine de recrutements.

70 % des ventes à l'export

Pour faire face à cet investissement conséquent, la PME vient de s'adosser au groupe drômois Novarc (88 millions d'euros de chiffre d'affaires, 450 salariés), qui a fabriqué entre autres des perches électriques. "Il y a une vraie synergie entre nos activités", dit Jean-Gérard Infante, dont l'entreprise produit quelque 400 000 paires de gants en latex par an. Novarc dispose notamment de sociétés commerciales en Espagne et en Allemagne, ce qui va encore accroitre la présence des gants de Regeltex à l'international. L'export représente déjà 70 % des ventes.

Les nouveaux marchés de Regeltex sont générés par la percée des batteries dans de multiples secteurs, comme l'assemblage des moteurs de véhicules électriques. "Nous sommes désormais présents dans les paddocks de formule 1", sourit Jean-Gérard Infante.
En dépôt de bilan en 1996, Regeltex a retrouvé une belle dynamique. "45 % de nos produits étaient autrefois destinés à un seul distributeur. Nous nous sommes attachés à diversifier le portefeuille client", explique Jean-Gérard Infante.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle