Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Réforme ferroviaire, assurance chômage, intermittents : la CGT ne lâche pas le gouvernement

Elodie Vallerey , , , ,

Publié le

La CGT a saisi la justice pour dénoncer les conditions dans lesquelles l'accord et la convention sur l'assurance chômage ont été signés en mars et mai derniers. Une tentative de blocage qui intervient alors que les conflits sociaux font rage à la SNCF et chez les intermittents du spectacle.

Réforme ferroviaire, assurance chômage, intermittents : la CGT ne lâche pas le gouvernement © johninnit - Flickr- C.C

La CGT est sur tous les fronts. Ces derniers jours, l'organisation syndicale multiplie les prises de position et les mobilisations sociales afin de maintenir la pression sur le gouvernement.

Le 11 juin, le syndicat a annoncé avoir déposé deux assignations au tribunal de grande instance de Paris pour dénoncer l'accord et la convention assurance chômage signés par les syndicats et le gouvernement en mars et mai derniers : une assignation pour "demander la suspension de l'accord", une autre pour "juger le texte sur le fond", a indiqué Eric Aubin, membre du bureau confédéral de la CGT, rapporte l'AFP.

des "conditions déloyales" autour de la signature de la convention

Le principal grief de l'organisation syndicale ? Les "conditions déloyales dans lesquelles les discussions se sont déroulées et dans lesquelles l'accord a été conclu", a expliqué l'avocat de la CGT Michel Henry à l'AFP.

"Jamais de vraie négociation en réunion, la CDFT dans les étages (du Medef, NDLR) pendant des heures jusqu'à ce qu'un accord soit conclu et présenté aux autres, la CGT qui n'a pas réussi à obtenir le chiffrage des mesures diffusé au Medef et à la CFDT depuis le 20 mars", a exposé l'avocat.

Des irrégularités également constatées par le syndicat CFE-CGC, qui conteste lui aussi la convention. "Dans la phase finale des négociations par exemple, chacun a été convié à une dernière (réunion) bilatérale, sauf la CGT, donc le texte a été élaboré sans eux", corrobore Franck Mikula, secrétaire national de la CFE-CGC, à l'AFP.

Le patronat (Medef, CGPME, UPA) et les organisations syndicales CFDT, FO et CFTC ont signé la nouvelle convention sur l'assurance chômage le 14 mai. Le gouvernement doit l'agréer à la fin du mois de juin, avant une entrée en vigueur dès le 1er juillet.

reprise des rênes de la contestation sociale

L'assurance chômage n'est pas le seul dossier sur lequel la CGT défie le gouvernement en ce moment. Pour dénoncer une réforme ferroviaire jugée inadaptée au problème de l'endettement de la SNCF, la CGT attise le conflit. La grève des cheminots entamée le 11 juin se poursuit aujourd'hui et pourrait perdurer jusqu'à demain, vendredi 13 juin.

Comme dans le dossier bouillant de la réforme du statut des intermittents du spectacle, à quelques jours du début des festivals d'été, la CGT de Thierry Lepaon semble avoir repris les rênes de la contestation sociale. Un pouvoir que craint l'exécutif, qui se démène pour court-circuiter la fronde et multiplier les négociations, comme en ce moment même au ministère des Transports.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle