Réforme de la formation: les enjeux pour la plasturgie

De l’individualisation du droit à la formation à la libéralisation du marché de l’apprentissage, la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel soulève des nombreux enjeux pour la plasturgie.

Partager
Réforme de la formation: les enjeux pour la plasturgie

« Jusqu’à présent, aucune réforme n’avait bouleversé à ce point le système de la formation ! » Pour Christophe De Belloy, responsable du pôle Formation d’Allizé Plasturgie, la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel promulguée le 5 septembre est « une réforme de rupture ». Elle comprend des mesures sur l’élargissement de l’assurance chômage ou encore l’emploi des personnes handicapées, mais elle reforme surtout en profondeur l’apprentissage et la formation professionnelle. Soixante-dix décrets et arrêtés doivent être publiés d’ici à la fin de l’année, et le nouveau système devra être opérationnel à l’horizon 2021. D’ici là, les acteurs devront s’approprier la réforme pour la mettre à exécution. Pour la filière plasturgie, l’enjeu est de taille.

Côté formation professionnelle, la loi va offrir d’avantage d’autonomie aux actifs. Via une application numérique spécifique, le salarié pourra décider seul de son parcours de formation. Ce repositionnement au premier plan du salarié se traduit aussi par un Compte personnel de formation (CPF) rénové et monétisé à hauteur de 500 € par an. « Mettre à disposition du salarié une enveloppe financière pour lui donner les moyens d’être acteur de sa formation, l’objectif est intéressant et ambitieux », souligne Florence Bonnet-Touré, déléguée générale adjointe de la Fédération de la Plasturgie et des Composites. Seulement, dans l’industrie, plus que dans le tertiaire, certaines formations nécessitent de lourds investissements dans des équipements technologiques performants. « Pour les salariés de la plasturgie, il y a un risque de perte de pouvoir d’achat formation », met en garde Bastien Hervé du Penhoat, directeur Formation de la Fédération. Avec un tissu industriel principalement composé de PME et TPE, l’enjeu pour la branche est immense.

Investissement collectif

« Nous allons devoir jouer l’investissement collectif pour maintenir une offre d’excellence sur des formations pointues qui sont le cœur de la compétitivité de nos entreprises », prévient Florence Bonnet-Touré. Pour les industriels, l’individualisation du droit à la formation pourrait s’accompagner d’une perte de capacité à mener une politique d’entreprise en matière de gestion et d’anticipation des compétences. « Pour garder un levier d’action sur ces sujets, les entreprises devront faire prendre conscience aux salariés de leurs propres besoins en compétences », remarque Bastien Hervé du Penhoat.

En revanche, côté apprentissage, la réforme ambitionne de lever les freins spécifiques aux entreprises avec notamment la possibilité pour toutes d’ouvrir un CFA, la mise en place d’un collecteur unique (Urssaf) et la possibilité d’entrer en apprentissage tout au long de l’année. D’un marché régulé par les régions, l’apprentissage passe aux mains des entreprises. « La branche devra accompagner les entreprises pour créer les parcours qui répondront à leurs besoins, et promouvoir les métiers et les formations en expliquant aux jeunes où trouver les contrats d’apprentissage », détaille la déléguée générale adjointe.

France Compétences au cœur du système

Objectif avancé de la réforme, le développement de l’apprentissage passe aussi par la garantie du financement des contrats, une simplification administrative et une plus grande lisibilité de la qualité de l’offre avec une obligation pour les CFA d’afficher le taux de succès aux examens et d’insertion professionnelle de leurs élèves. « Mais derrière la volonté affichée de redonner la main aux branches, il y a une reprise en main de tout le système de la formation par l’État via la création de France Compétences », remarque Bastien Hervé du Penhoat. Au cœur du système, cette nouvelle instance représentant l’État, les régions et les partenaires sociaux aura pour mission de redistribuer les fonds collectés par les Urssaf, de réguler la qualité et les prix des formations, ou encore de gérer le répertoire national des certifications professionnelles. Pour peser dans les discussions face à ce nouvel acteur incontournable, les branches de l’industrie sont amenées à parler d’une même voix.

Un rapport officiel remis à la ministre du Travail préconise de regrouper les secteurs économiques en onze opérateurs de compétences (OPCO), dont l’un consacré à l’industrie, en remplacement des vingt OPCA existants. « Un OPCO unique permettrait à l’industrie d’être plus forte pour répondre à des problématiques communes de recrutement, d’attractivité et de compétences », remarque Florence Bonnet-Touré. Reste à trouver un modèle de gouvernance, une organisation territoriale et un paritarisme permettant à chaque branche de mener à bien sa politique. Et cela avant mars 2019, date à laquelle les OPCO doivent être agréés par l’État.

crédit : Brice Robert

NEWSLETTER Plasturgie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

« Le roman permet d'aborder des sujets arides»

« Le roman permet d'aborder des sujets arides»

Nouveau

L'auteur Tom Connan a publié son deuxième roman «Pollution», un récit où se croisent les questions d'écologie, d'environnement, du numérique et du...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES WEBINARS

  • Inscription 100% Gratuite
  • Alertes email avant le webinar
  • Zone de chat pour vos questions
  • Mise à disposition du replay
+ 50 Replays disponibles
3 clés pour réduire la déformation de vos pièces plastiques

17 juin 21 10h30 - 45 min

3 clés pour réduire la déformation de vos pièces plastiques

Proposé par Plastiques & Caoutchoucs

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Plasturgie

Système de séchage

KOCH-TECHNIK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS