Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Réélu patron de Renault, Carlos Ghosn veut en faire "la seconde marque en Europe"

Pauline Ducamp , ,

Publié le

Pour la troisième fois consécutive, le mandat de Carlos Ghosn comme administrateur a été renouvelé par les actionnaires mercredi 30 avril. Renault conserve donc son président directeur général.

Réélu patron de Renault, Carlos Ghosn veut en faire la seconde marque en Europe © Renault Presse

L’issue du vote ne faisait aucun doute, seul le résultat pouvait susciter un léger suspense. C’est donc sans surprise que Carlos Ghosn a été réélu à la tête de Renault par les actionnaires, réunis en assemblée générale mercredi 30 avril à Paris. Le score s’avère en revanche moyen : 85,18%. Et les actionnaires n’ont pas non plus donné leur blanc-seing à la rémunération de Carlos Ghosn : seuls 64,34% d’entre eux ont approuvé la résolution qui lui octroie pour 2013 un salaire de 2,614 millions d’euros (1,23 million d’euros de part fixe et 1,384 million d’euros au titre de la part variable). A l’issue des deux votes, Carlos Ghosn n’a de toute façon pas remercié les actionnaires.

Haut de gamme

Cette assemblée générale a aussi vu l’arrivée d’un nouvel administrateur, Patrick Thomas, qui a passé plus de dix ans à la division internationale d’Hermès. "Sa parfaite connaissance du monde du luxe" a été soulignée à plusieurs reprises par les membres du directoire, pour aider Renault à reprendre pied dans le haut de gamme, un domaine d’où il s’était éloigné ces dernières années. Le lancement du nouvel Espace lors du Mondial de Paris en octobre doit marquer ce retour de la marque française sur ce segment.

Podium

L’Espace fait partie de la stratégie de Carlos Ghosn pour redonner du souffle à Renault lors de son nouveau mandat, qui correspond à la seconde partie de son plan stratégique Drive The Change 2016, lancé en 2011. "Je veux conforter Renault comme première marque française dans le monde et en faire la seconde marque en Europe, a affirmé le patron du groupe lors de la présentation ses orientations. L’Alliance Renault-Nissan a pour objectif de devenir le troisième constructeur mondial". Cette feuille de route s’appuie notamment sur les accords de compétitivité signés en France et en Espagne. "Renault est sorti plus fort de la crise et a su préserver sa base industrielle française", a ainsi souligné Carlos Ghosn. D’ici 2017, le groupe Renault devra réaliser 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an (contre 40,9 milliards en 2013) pour une marge opérationnelle de 5%.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle