Technos et Innovations

Redevenu indépendant, Skype prépare une introduction en bourse

, ,

Publié le

Sept ans après sa création, le spécialiste de la voix sur IP (VoIP) continue de conquérir de nouveaux abonnés et envisage de s'introduire au Nasdaq. Mais la concurrence s'accroît, les abonnés payants ne se bousculent pas... et la menace Google se précise.

Redevenu indépendant, Skype prépare une introduction en bourse

Il y a presque un an, le site d'enchères eBay cédait à des investisseurs - pour 1,9 milliard de dollars - la majorité du capital de Skype, un service de voix sur IP qu'il avait pourtant acquis au prix fort quatre ans plus tôt (pour 3,5 milliards de dollars). Un an plus tard, Skype est toujours aussi présent : « Il reste de loin le service gratuit de voix sur IP le plus utilisé à travers le monde, tant au niveau du grand public que des entreprises », nous indique Matthew Ball, un analyste du cabinet britannique Canalys. Mais « toute la difficulté pour Skype consiste à amener ses utilisateurs vers les services payants », précise-t-il.

Une monétisation laborieuse

En surface, tout lui sourit. Dans un document détaillé remis à la « Securities and Exchange Commission » (SEC), le gendarme de la bourse américaine, en vue d'une éventuelle introduction d'une part de son capital au Nasdaq, Skype affiche un chiffre d'affaires de 406 millions de dollars au premier semestre 2010, en progression de 25 % par rapport à l'an dernier (325 millions). Sur cette période, la firme (788 salariés au 30 juin 2010) a enregistré un bénéfice net de 13 millions de dollars, contre 22 millions un an plus tôt. Et son nombre d'abonnés s'est envolé à 560 millions d'inscrits au 30 juin 2010, contre 397 millions au 30 juin 2009.

Mais à y regarder de plus près, ces chiffres sont un peu moins reluisants. Sept ans après la création de Skype, désormais domicilié au Luxembourg, la grande majorité des inscrits continue d'utiliser exclusivement les services gratuits, ou disposent d'un compte qu'ils n'utilisent pas : au 30 juin 2010, seuls 124 millions d'utilisateurs (sur les 560 millions d'inscrits) sont considérés comme des membres actifs, qui se sont connectés au moins une fois par mois à Skype durant les trois derniers mois. Parmi eux, seuls 8,1 millions d'utilisateurs (soit 6,5% des membres actifs) sont des abonnés payants (chacun a en moyenne rapporté 96 dollars à Skype au premier semestre 2010, contre 94 dollars sur les six premiers mois de 2009).

La concurrence s'accroît

Plus inquiétant : « Skype, qui est dépendant des réseaux des opérateurs, compte surtout sur les entreprises pour générer du chiffre d'affaires, avec entre autres ses services de collaboration et de visioconférence. Or, la concurrence est très vive sur ce segment, où sont aussi présents Microsoft, IBM et Cisco... », signale Matthew Ball. Pire, « La concurrence la plus importante pour Skype risque de venir de Google, qui a récemment racheté Global IP Solutions, un service [norvégien] de transmission en temps réel de vidéo et d'audio ». Contraint à la transparence, Skype reconnaît que sa capacité à rester rentable dépendra en partie de son aptitude à affronter de nouveaux concurrents, « dont de très grandes sociétés opérant sur Internet, des opérateurs et des fournisseurs d'équipements VoIP ». Les mois à venir seront certainement décisifs.

Christophe Dutheil





 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte