Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Recyvalor en a fini avec les décharges illégales de pneus

Franck Stassi , , , ,

Publié le

Après neuf ans d’activité, l’association Recyvalor a contribué à valoriser 55 000 tonnes de pneus usagés stockés illégalement. Elle cesse ses activités.

Recyvalor en a fini avec les décharges illégales de pneus © SERGEI KARPUKHIN

9 millions de pneus, pour un tonnage de 55 000 tonnes, ont été traités sur 54 sites en l’espace de neuf ans par l’association Recyvalor, qui célèbrera le 23 novembre dernier l’arrêt de ses activités. Créée en 2008 à l’initiative de 28 entreprises et fédérations professionnelles du secteur automobile (manufacturiers, distributeurs, garages), elle s’était fixé pour objectif de collecter et valoriser les pneus entreposés illégalement sur 61 stocks répartis sur le territoire. Un accord-cadre avait été alors signé avec les pouvoirs publics, avec un budget de 8,3 millions d’euros auquel l’Etat a contribué à hauteur de 30%.

Des problèmes environnementaux

"Ces acteurs ont répondu, à l’époque, à une interpellation de l’association Robin des bois, qui mettait en garde contre les décharges illégales de pneus, ouvertes avant la création de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) en 2002. Des problèmes environnementaux et de sécurité se posaient, notamment en cas d’incendie. Le risque de prolifération du chikungunya, dans le sud de la France, était aussi présent à cause de l’eau qui stagnait entre les pneus. Des collecteurs de pneumatiques peu scrupuleux triaient les pneus, revendaient très loin les bons pneus, et laissaient de côté les pneus les plus dégradés", explique la présidente de Recyvalor, Bénédicte Barbry, en charge des relations publiques pour le groupe Mobivia et son enseigne Norauto.

Les pneus récupérés ont été utilisés à 70 % en valorisation énergétique, valorisés à 20% dans les travaux publics et utilisés pour 10% en valorisation matière, à l’aide d’appels d’offres locaux auprès de recycleurs.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle