Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Recycler plus et mieux les emballages plastiques

, , , ,

Publié le

L'entreprise Eco-Emballages veut braquer les projecteurs sur le recyclage des emballages plastiques, parent pauvre du système.

Recycler plus et mieux les emballages plastiques © D.R.

Matériau parmi les plus utilisés pour emballer, le plastique est pourtant l’un des moins recyclé. Seulement un emballage sur cinq est aujourd’hui récupéré pour fournir de la matière nouvelle, soit 23 % du million de tonnes d’emballages ménagers en plastiques mis sur le marché. Les bouteilles et flacons jouissent actuellement d’un bon taux de recyclage, 57 %, mais les pots, barquettes et films sont de très mauvais élèves avec un taux de 1 %. Plus de 750 000 tonnes passent pour une part par la case incinération, ou pire se retrouvent en décharge. Eco-Emballages organise un plan de relance du recyclage de ces matériaux, financé à hauteur de 90 millions d’euros sur deux ans.

L’organisme a mené entre 2011 et 2013 une expérimentation d’extension des consignes de tri auprès de 34 centres de tri et 51 collectivités, gérant environ 3,7 millions d’habitants. Elle n’a révélé que peu d’obstacle au niveau de la collecte. Par la réorganisation des circuits et l’adaptation des fréquences, elle a même montré des opportunités d’amélioration. Mais elle a décelé de graves lacunes du côté des centres de tri. Avec un faible taux de captage, une baisse du rendement et une dégradation des conditions de travail, "seuls 15% de ces derniers sont à même de traiter tous les emballages en plastique", reconnait Carlos de Los Llanos, directeur du département tri et recyclage.

En fait, si le centre n’a pas été conçu dès l’origine pour trier tout type d’emballages en plastique, s’il n’est pas muni d’un système automatisé pour les emballages rigides et les films et si le foncier ne se prête pas aux extensions, la mission s’avère difficile. On se retrouve alors avec des coûts bien supérieurs à ceux de la résine vierge, avec 40 % de mise en décharge des emballages triés par les habitants et à un recours trop important à des opérateurs pour le tri manuel. 

Vers un nouveau schéma territorial pour le tri

"L’évolution des centre de tri et la réduction de leur nombre est indispensable", martèle Éric Brac de la Perrière, directeur général d’Eco-emballages. Il préconise une transformation industrielle incontournable et une réorganisation du maillage territorial, dans un calendrier maîtrisé. La transformation du parc devrait bénéficier à l’ensemble des matériaux (papier, carton, métaux et plastique), faisant baisser les coûts unitaires à la tonne. La réorganisation permettra de mieux s’adapter aux besoins des bassins de population. Une nouvelle tranche d’expérimentation vise à impliquer d’ici début 2016, 20 à 30 centres de tri supplémentaires (pour 8 à 10 millions d’habitants), permettant de multiplier par trois le tonnage de nouveaux plastiques recyclés.

Des appels à candidatures sont lancés auprès des collectivités volontaires. Eco-Emballages anticipe déjà, à l’horizon 2030, un nouveau schéma de centres de tri. 30 à 35 grands centres industriels spécialisés couvriraient 42 millions d’habitants dans les zones densément peuplées. 40 à 45 centres de tri moyens serviraient 25 millions d’habitants dans les zones intermédiaires. Ces deux types devraient gérer entre 70 et 80 % des tonnages. Enfin, 20 à 25 centres de tri de proximité, dans les zones plus rurales, couvriraient environ 4 millions d’habitants. 

"Le nombre de centres (241 actuellement) devraient donc à moyens termes baisser au moins de moitié. Et l’outil technique devra fortement évoluer vers une automatisation poussée et une taille critique", souligne Éric Brac de la Perrièrel.

Mais de telles transformations ne favoriseront pas l’emploi (le secteur compte aujourd’hui 7 000 salariés) et nécessiteront de gros investissements de la part des collectivités. Un enjeu compliqué en période de hausse du chômage et de baisse des dotations de l’État. 

Didier Ragu

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle