Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

RECYCLAGEexpériencesVINYLOOP RÉGÉNERE LE PVC SOUPLE

Publié le

RECYCLAGE

expériences

VINYLOOP RÉGÉNERE LE PVC SOUPLE



Attaqués sur le pouvoir polluant de leur produit et surtout sur sa recyclabilité, les industriels du PVC font face en développant des technologies de recyclage de plus en plus sophistiquées. La dernière en date, le procédé Vinyloop, mis au point par le chimiste belge Solvay, qui produit 20 % du PVC européen, franchit une étape supplémentaire. " Nous avons choisi de nous attaquer au problème le plus difficile : le PVC souple ! ", lance Jean-Marie Yernaux, directeur de recherche chez Solvay. Pourquoi le plus difficile ? Non seulement le PVC souple contient des additifs, plastifiants et autres pigments, mais, en plus, les produits à recycler sont souvent des mélanges (bâches de polyester enduites, blisters contenant du polyéthylène...). Première étape du procédé : séparer le PVC et ses additifs des autres produits. Car l'objectif de Solvay est de régénérer un PVC prêt à l'emploi. Ainsi, dans l'usine iséroise de la société Ferrari, qui produit des bâches en polyéthylène enduites de PVC et qui sera l'une des premières à utiliser Vinyloop en 2003, les granulés de PVC recyclé contiendront tous les additifs nécessaires pour enduire d'autres bâches. Le principe du procédé, sur lequel travaillent conjointement depuis 1997 Solvay et Ferrari, est simple. L'astuce réside dans un solvant spécial, un mélange de méthyléthyl cétone et d'un adjuvant qui dissout spécifiquement le PVC et ses additifs organiques sans s'attaquer aux charges minérales et aux autres matières plastiques en mélange. Après dissolution, filtration et précipitation, on récupère donc des grains de 300 micromètres contenant le PVC et ses additifs. Ces grains, essorés et séchés, donnent un PVC de même nature que celui récupéré, avec un rendement de 99 %. " En théorie, nous pouvons séparer le PVC de n'importe quoi, sauf du polystyrène, qui gonfle dans le solvant, et du PMMA, qui crée des soucis de manipulation ", affirme Jean-Marie Yernaux. Il envisage déjà d'installer cinq usines en Europe, d'une capacité annuelle de 10 000 tonnes chacune, pour un coût unitaire estimé à 8,5 millions d'euros. Outre Ferrari en France, une usine est donc montée à Ferrare, en Italie, qui recyclera les gaines de câbles électriques à partir d'octobre. En Allemagne, le futur site sera consacré aux revêtements de sol.

Profiter des filières de collecte

" Nous avons un principe simple : une usine pour un produit, explique Jean-Marie Yernaux. Et nous choisissons des produits pour lesquels les filières de collecte et de tri existent déjà. " Ainsi, à Ferrare, on profite du réseau préexistant de démonteurs et de recycleurs de câbles qui gèrent les éléments métalliques et ne savent que faire de la montagne de déchets de PVC. Solvay a ainsi recensé chez quatre de ses clients 30 000 à 40 000 tonnes de produit par an. Dernier critère : la présence à proximité d'une production de vapeur, élément important du procédé. Ainsi, pour la France, l'installation est sur un site Rhodia où toutes les commodités existent déjà. Et ce n'est qu'un début, car, avec l'augmentation du coût de mise en décharge en 2002, et le potentiel de 1,5 million de tonnes de PVC recyclable par an, les sources ne sont pas près de se tarir. D'autant que Solvay est pour le moment le seul à proposer un procédé pour le PVC souple. " Et un procédé rentable, confie Jean-Marie Yernaux, même si nous ne demandons aucune participation aux industriels ! La seule source de revenus provient de la vente du PVC recyclé, dont le prix oscille entre 70 et 80 % du prix du compound vierge pour la même application. " Quant aux débouchés, Jean-Marie Yernaux ne se fait aucun souci : " Nous offrons un produit de qualité, à forte valeur ajoutée, prévu pour faire concurrence à nos propres PVC vierges ; nous n'aurons aucun mal à trouver des acheteurs. " Pour preuve, Solvay négocie déjà la revente de son produit pour câbles à Alcatel et à Pirelli...



L'objectif

Recycler le PVC souple contenu dans un matériau composite ou mixte.

La solution

Dissoudre et précipiter sélectivement le PVC et ses additifs et régénérer un PVC prêt à l'emploi.







Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle